Accueil > Actualité > En bref > BeLux > Les Focolari aujourd’hui : nouveau tournant vers les "périphéries (...)

    Les Focolari aujourd’hui : nouveau tournant vers les "périphéries existentielles"

    dimanche 27 octobre 2013

    C’est au cours d’une téléréunion avec les communautés des Focolari répandues de par le monde, que s’est conclu à Rome, le 19 octobre, la rencontre des représentants du Mouvement, à l’insigne d’une communion planétaire. En Belgique et au Luxembourg aussi la téléréunion a été suivie en plusieurs lieux avec grand intérêt.

    Un engagement à sortir de nous-mêmes, à aller vers les « périphéries existentielles » - selon l’exhortation du pape François -, à se mettre à l’écoute de l’humanité d’aujourd’hui. C’est ainsi que se sont quittés à la fin de leur rencontre annuelle, les 211 délégués rassemblés pour faire le point et élaborer des perspectives pour les années à venir.

    Au cœur de la rencontre qui a duré trois semaines, la nécessité de vivre à fond la culture du dialogue, ce qui signifie quitter nos sécurités, opter pour un style de vie encore plus sobre, afin de pouvoir être une réponse aux nombreux défis de la société. « Jésus continue à souffrir dans l’humanité d’aujourd’hui, dit Maria Voce, la présidente, l’humanité qui nous assaille parfois de ses doutes, parfois de son désespoir, mais qui veut rencontrer Celui qui est en mesure de donner un sens à ces questions ». 

    À Rome, les représentants des communautés des Focolari qui vivent dans des pays en guerre étaient présents, eux aussi. Dans ces contextes fortement éprouvés par les conflits armés, la proposition évangélique de la culture du dialogue comme voie vers la paix, devient la prophétie d’un avenir de réconciliation. « Nous nous sommes retrouvés non pas pour nous défendre mais pour trouver la force de pardonner à celui qui a fait du mal, pour nous encourager à persévérer dans une attitude d’accueil, de respect de la diversité », affirment les représentants des Focolari de la Syrie. Des paroles fortes, chargées d’histoires personnelles, de pas accomplis, d’une vie qui, malgré les ténèbres de la « nuit syrienne », ne cesse de progresser vers l’espérance.

    Quand le 13 septembre Maria Voce et Giancarlo Falletti, co-président, ont rencontré le pape François, l’engagement des Focolari dans les zones à risque, dans le dialogue interreligieux ainsi que dans le dialogue interconvictionnel a été mis en lumière. « Le pape nous a remerciés pour le travail que le mouvement fait sous les différentes latitudes, dit Maria Voce. À travers ce qu’il nous a dit, on ressent combien il apprécie l’appartenance aux mouvements. En parlant de l’une ou l’autre situation, il disait qu’il est très important que les mouvements le soutiennent. On sent que le pape reconnaît dans les nouveaux mouvements la capacité de remettre au premier plan la radicalité de la vie évangélique. »

Tags populaires