Accueil > Actualité > En bref > BeLux > Ketty Jacobs, un "arbre fleuri" au Luxembourg

    Ketty Jacobs, un "arbre fleuri" au Luxembourg

    une vie d’une authenticité évangélique exceptionnelle (1938 – 6.4.1990)

    vendredi 12 avril 2013

    Après une poliomyélite, Ketty, Luxembourgeoise, reste paralysée d’une jambe.Paralysie qui la prive de nombreuses possibilités, mais lui donne une profonde sensibilité pour les plus souffrants et les marginaux. C’est pour cela qu’à 31 ans lorsqu’elle rencontre le focolare, elle se sent tout de suite attirée par la vie évangélique radicale qu’elle y trouve. Pour ceux qui veulent vivre la spiritualité de communion du focolare, elle deviendra un point de référence, une oasis où se ressourcer.
    Pouvoir mettre en pratique l’Evangile dans la vie quotidienne est pour Ketty une révélation qui transforme et colore chacune de ses journées. Elle répète souvent : « J’ai trouvé ce que j’ai cherché toute ma vie ! » 
    Malgré son handicap, son travail à la banque et les séquelles d’un grave accident en 1974 qui lui provoquent de fortes et continuelles douleurs, Ketty ne mesure jamais ses forces. On peut toujours lui demander de l’aide, des conseils, un trajet en voiture … Que de fois elle accompagne des jeunes et moins jeunes à des rencontres du mouvement des Focolari, pour leur faire découvrir le trésor qu’elle aussi a eu la chance de connaître. 
    Et quand elle doit rester au lit, elle maintient les contacts avec les autres par téléphone, les encourageant, les accompagnant dans leur cheminement humain et spirituel. Ketty est toujours là, également lors des activités organisées par les jeunes des Focolari dans un petit village à majorité portugais, pour rapprocher les deux cultures. Et les garçons et filles sont attirés par cette femme handicapée qui sait leur faire sentir qu’ils comptent à ses yeux. 
    Son appartement est harmonieux et simple. Rien de superflu. Tout témoigne de la beauté de Dieu et de la pauvreté de la maison de Nazareth.

    De 1972 à 1981 la petite communauté du focolare (des personnes consacrées à Dieu, vivant ensemble pour faire resplendir le « feu » de l’amour de Dieu) est transférée loin du Grand-Duché, mais avec Ketty en tête le climat d’amour réciproque se maintient et grandit dans la communauté locale. Il faut le dire, dans sa vie ancrée en Dieu, et notamment dans la souffrance où elle rencontre le Christ crucifié et abandonné, Ketty a trouvé une force qui est la source de son rayonnement.
    Chiara Lubich (fondatrice des Focolari), avec qui Ketty a un contact régulier par lettres, lui écrit : « Comme tu l’as toi-même expérimenté, la souffrance est l’amour le plus grand que Dieu peut nous manifester… tu verras, Ketty, que la grâce et la force de Dieu ne te manqueront pas. Jésus a dit : ‘’Celui qui croit en moi fera lui aussi les œuvres que je fais et il en fera même de plus grandes’’ (Jn 14,12) » et lui suggère un nom, Alfy, en l’encourageant à être un arbre fleuri témoignant de l’amour de Dieu.

    Lorsqu’en 1987 on lui découvre deux tumeurs, elle raconte : « Pour moi, c’était un choc. Mais j’ai redit mon oui à Dieu et je ne me suis plus préoccupée. » « Je n’ai pas prié plus qu’avant, mes limites étant les mêmes (beaucoup de personnes m’ont demandé comment je me préparais à la mort), mais j’ai aimé plus qu’avant. Ce qui a changé, c’est une plus profonde union à Dieu, un amour plus grand pour les autres. »
    Cela semble incroyable, mais de nombreuses personnes nous disent qu’en sortant de la chambre de Ketty, elles avaient le cœur plein de joie, avec un seul désir : vivre l’Evangile dans son authenticité.
    Il en sera ainsi jusqu’à son départ pour le Ciel, le 6 avril 1990, à l’âge de 52 ans.

     

Tags populaires