Accueil > Actualité > En bref > International > Les jeunes filles d’Aleppo

    Les jeunes filles d’Aleppo

    courrier de la Syrie, de quelques ado des Focolari

    jeudi 4 avril 2013

    J’espère que personne de vous ne vit ces moments noirs que nous vivons ou ne voit ce que nous voyons, écrivent-elles.

    Un jour, à Aleppo, les rebelles sont entrés dans le quartier où beaucoup d’entre nous habitent. A ce moment-là nous étions sur Facebook à chatter entre nous. Inquiétude, colère… les sentiments de chacune. Prise par la peur, l’une écrit : « On voit que même Dieu est contre nous » ; une autre : « Non, il est en train de pleurer avec nous » ; et : « Mais ils nous ont gâché la vie » ; « Essayons de les approcher avec respect, comme Jésus ». « Mais comment ? »
    A la fin, nous avons accepté le défi d’ « aimer nos ennemis », comme le dit l’Evangile.
    « A dire la vérité – écrit Mira d’Aleppo – je n’arrive pas toujours à vivre l’idéal de l’unité comme je le voudrais ; la haine qu’il y a autour de moi
    a presque réussi à rentrer dans mon cœur, mais elle ne réussira pas à me dominer. J’en suis arrivée au point que mon regard sur la vie est devenu pessimiste. Je me suis demandé : comment Chiara Lubich a-t-elle pu vivre la situation de la guerre quand le Mouvement a commencé ? Mais ensuite, je me suis donné la réponse : si elle y est arrivée, cela veut dire que moi aussi je peux y arriver. Cela me pousse à recommencer. Parfois je ressens fortement que nous devons essayer d’aimer comme Jésus le ferait à notre place en Syrie. C’est cela qui nous pousse à aider comme nous le pouvons ; peut-être que nous ne réussissons à faire que de petites choses.
    Je voudrais demander à tout le monde de prier parce que, croyez-moi, vos prières nous donneront une grande force. J’espère que personne de vous ne vit ces moments noirs que nous vivons ou ne voit ce que nous voyons. Excusez-moi si j’ai peu écrit. J’essayais d’écrire rapidement avant qu’ils ne coupent l’électricité. Demandons à Dieu de donner la paix à nos cœurs ».

    La chaîne de prières née pour demander la paix en Syrie et partout dans le monde où sévit la violence, a fait le tour du monde : c’est le “Time-Out”, chaque jour à midi heure locale. Comme un tam-tam de prière pour la paix. Ou de recueillement en silence, selon les convictions de chacun.

Tags populaires