Accueil > Actualité > En bref > International > Appel d’aide aux réfugiés de Syrie et aux victimes de l’ouragan Sandy à (...)

    Appel d’aide aux réfugiés de Syrie et aux victimes de l’ouragan Sandy à Cuba

    jeudi 15 novembre 2012

    Les réfugiés syriens sont désormais plus de 300.000 (chiffres de l’ONU) : en Turquie, en Iraq, en Jordanie et au Liban. Une situation dramatique. Que pouvons-nous faire ?
    D’un autre côté, les dommages causés par Sandy à Cuba (et aux Etats-Unis) sont énormes : Selon des sources gouvernementales, après une première évaluation, sur l’île de Cuba 15 392 maisons ont été totalement détruites et 36 544 partiellement, sans compter les dégâts sur les hôpitaux, écoles, églises et autres infrastructures publiques.

    Si vous voulez faire parvenir une aide financière aux réfugiés syriens et / ou aux victimes de l’ouragan Sandy à Cuba, vous pouvez faire un virement sur le compte ENS asbl, 97 Olivierstraat, 3111 Wezemaal : IBAN : BE 10 734023075804 ; BIC : KRED BEBB. Mention : ouragan Cuba ou : réfugiés Syrie. 
    D’avance un grand merci !

    Avec beaucoup d’autres, les jeunes et adultes des Focolari sont engagés dans l’aide d’urgence, aussi bien à Cuba qu’en Syrie et dans les pays limitrophes. Au Liban, le Centre Mariapolis d’Ain Aar ainsi que des familles vivant dans les différentes régions du pays accueillent des familles syriennes. “Tous voudraient rentrer en Syrie – écrivent les responsables du Mouvement au Liban – mais la situation ne le permet pas. C’est ainsi que nous avons inscrit les enfants dans les écoles libanaises. Les réfugiés participent aux frais avec ce qu’ils peuvent, mais le coût de la vie au Liban est 5 fois supérieur à ce qu’il est en Syrie et les ressources économiques s’épuisent rapidement”.
    A l’heure actuelle, en Syrie, la perte progressive du travail due à la fermeture d’un grand nombre d’usines, l’écroulement du commerce et l’augmentation des prix du gazole et du gaz, rendent la vie dramatique pour de nombreuses familles.

    A Cuba les vivres et les matériaux pour la reconstruction font cruellement défaut. Tout doucement, l’électricité commence à être rétablie. La communauté des Focolari, en particulier les jeunes et les adolescents, sont très actifs pour aider à déblayer les routes, à effectuer de petites réparations dans leur quartier, à préparer les repas pour les pauvres distribués dans les paroisses. Ils écrivent : « Un groupe de La Havane s’est tout de suite rendu à Santiago avec un minibus chargé de vivres et de biens de première nécessité, mais surtout pour être avec les personnes et partager leurs poids et souffrances, en essayant de les aider du mieux que nous pouvions. Nous avons apporté les aides dans les maisons. Les personnes ne trouvaient pas les mots pour nous remercier ! Dans une famille, il n’y avait plus de sel, dans une autre, il manquait des bougies et des allumettes, d’autres, depuis des jours, n’avaient pas à manger en suffisance… Notre ville a été dévastée, mais, malgré cela, l’amour réciproque entre nous s’est renforcé et la fraternité envers tous nous aide à ne pas être accablés par la tristesse et la dévastation qui nous entoure. »

Tags populaires