Accueil > Actualité > En bref > BeLux > LET’S BRIDGE : les 50 jeunes du Belux de retour, super enthousiastes

    LET’S BRIDGE : les 50 jeunes du Belux de retour, super enthousiastes

    12000 jeunes du monde entier au GENFEST à Budapest

    vendredi 7 septembre 2012

    Pendant trois jours le Sport Arena de Budapest a vibré aux rythmes de 12000 jeunes du monde entier rassemblés pour le GENFEST, la 10e édition d’un festival international pour la paix et la fraternité. Les 54 Belges qui y ont participé sont rentrés dimanche soir, les batteries chargées à fond. Ce qu’ils ont vécu était tellement fort qu’à l’aéroport de Charleroi ils tenaient à se le partager, avant de sortir et de se quitter. Mais qu’est-ce qui a bien pu les faire revenir à ce point enthousiastes ?

    Pendant les trois jours du festival, le thème LET’S BRIDGE a été le fil conducteur. Au programme e.a., un flashmob grandiose et symbolique sur le fameux Pont des Chaînes : après 30 secondes de silence, les jeunes s’échangent des foulards colorés sur lesquels chacun a écrit une phrase, son nom ou une consigne. Un nouveau signal et, dans un joyeux brouhaha, tous tendent le foulard au-dessus de leur tête pour laisser découvrir « le cadeau que Dieu a voulu me faire », comme l’exprime une jeune Italienne en larmes après avoir découvert le message reçu : « Dieu t’aime immensément ». Sur un autre foulard, on peut lire : « Aujourd’hui, on commence à vivre pour la paix ». « Let’s bridge » est recopié dans toutes les langues. « Le bracelet, signe du pacte, je ne le porte pas par conformisme, mais parce que je m’engage », dit un autre.

    Les interventions, les musiques et les chorégraphies ont filé la métaphore de la construction d’un pont. Dans son message le pape Benoît XVI affirme que « des cendres de ce terrible conflit [2e Guerre Mondiale] est née la détermination de construire la paix sur des fondements durables, une détermination qui allait être l’inspiration à la base de la fondation du Mouvement des Focolari ». Il souhaite que Budapest « soit un signe d’espérance pour inciter tous les jeunes présents à tendre la main de l’amitié à ceux qui viennent d’autres contextes et cultures ‟. Des paroles fortes qui reflètent et renforcent ce que les jeunes portent comme rêve au plus profond d’eux-mêmes.

    Il est vrai que la Règle d’Or (« Fais à l’autre ce que tu voudrais qu’on te fasse ») incite les jeunes à aller contre-courant, qu’ils soient chrétiens, musulmans, bouddhistes, hindous ou non croyants. Ainsi un jeune égyptien partage sur les événements de la place Tahrir. Un Brésilien et un Chilien parlent de leur expérience dans la lutte contre l’exclusion sociale. Les jeunes de Thaïlande et du Japon racontent comment ils se sont retroussés les manches lors des inondations et de la catastrophe de Fukushima. Et lorsque des chrétiens de Nazareth et des musulmans de Jérusalem évoquent leurs rencontres régulières pour mieux se connaître et prier pour la paix, il est clair qu’un monde uni n’est pas une utopie, mais qu’il est concret en bien des lieux sur la terre.

    Retour aux sources du GENFEST : revivre l’expérience de Chiara Lubich, celle qui a donné naissance aux GEN (New Generation). Le message est clair : le choix de Dieu qui est Amour et qui invite à répondre par l’amour. C’est ce que viennent confirmer les expériences des jeunes de l’Inde, chrétiens et hindous, ainsi que celle de deux jeunes mariés de Suisse.
    Evidemment, il ne faut pas oublier la clef de voûte qui permet à l’arche du pont de ne pas s’écrouler : aimer même dans la difficulté et la douleur. C’est ce qu’illustrent des jeunes italiens engagés dans un centre d’accueil pour immigrés clandestins. Deux Burundais partagent leur vie dans un camp d’anciens réfugiés, à la périphérie de Bujumbura. Un jeune souffrant de sclérose en plaques, après avoir accompagné sa mère pendant les différentes phases de la même maladie, partage ses luttes et ses victoires. Ce sont des histoires sans « happy end », mais qui, assumées et vécues avec persévérance et amour, permettent d’expérimenter la plénitude de la vie.

    Un moment solennel : le lancement officiel du United World Project et l’adhésion personnelle et collective des jeunes qui veulent s’engager pour de bon. Le projet a pour but de mettre en évidence et de promouvoir la fraternité mise en actes par des personnes, des groupes et des pays, en mettant en place un Observatoire international permanent reconnu par l’ONU.

    C’est à ces jeunes que s’adresse Maria Voce, l’actuelle présidente des Focolari, en leur lançant un défi : « Regardez en haut. Regardez loin, c’est là que vous trouverez le point d’appui sûr. Regardez l’amour qui est Dieu. Lui, c’est le seul qui ne vous décevra pas […] vous serez des piliers solides de ponts nouveaux sur lesquels vous cheminerez en sécurité, heureux, et beaucoup d’autres vous suivront. » Et encore : « Commencez par aimer concrètement. Le premier pas n’est pas celui des grandes actions, mais celui de petits actes d’amour qui font que la vie est belle et grande ; ils ont le pouvoir de changer le monde et d’avoir un impact sur la société…[…] Vous avez édifié ensemble un morceau du monde uni et chacun porte maintenant en lui la force de cette expérience. »Elle conclut en rappelant une phrase de la fondatrice, Chiara Lubich : «  Il faut dans le monde un supplément d’âme, un supplément d’amour. C’est cela que nous devons donner ! Courage donc ! »

    Conclusion du GENFEST le dimanche 2 septembre le matin, place St-Étienne, en centre ville, avec la messe pour les jeunes catholiques présidée par le cardinal Peter Erdő de Budapest. Les jeunes appartenant à d’autres Églises se retrouvent dans d’autres lieux de culte pour leur propres célébrations et un espace approprié est prévu pour les 160 musulmans, bouddhistes et hindous. A la fin, tous se rassemblent pour un moment de silence et de recueillement pour la paix : le Time out.

    Prochain rendez-vous à Rio de Janeiro, aux JMJ 2013 !

    Quelques réactions des participants belges (Bruxellois, Wallons, Flamands, germanophones confondus) :
    • « Le GENFEST a été pour moi une chouette expérience. Nous étions un groupe très varié : aussi bien en âge, qu’en langues, nous provenions de milieux très différents, mais c’est précisément cette variété qui rendait le tout tellement passionnant. Personne ne faisait des cliques, tous étaient ouverts. C’était beau de voir grandir jour après jour l’unité de notre groupe. Nos chants, les drapeaux nationaux qui rappelaient l’unité, bref un événement unique ! J’ai de nouveau acquis beaucoup d’inspiration pour poursuivre mon chemin. Je cherche maintenant à mettre tout cela en pratique. Quand on voit tant de jeunes qui se retrouvent autour d’un seul Idéal, on ne peut dire qu’une seule chose : nous sommes lancés sur la bonne piste. »
    • « C’est comme si en moi il y avait eu une explosion de positivité. Et c’est pour cela que j’étais venue. Depuis un certain temps j’avais perdu ce sens de l’unité et je le recherchais. Le premier jour du GENFEST, j’attendais de le retrouver en moi. Mais non, rien ne se produisait. A y réfléchir, j’ai compris que je devrais commencer, entrer dans le moment présent, procurer ce sentiment positif à quelqu’un d’autre… Et, ouf, ça y est. Cette explosion, j’espère que je pourrai la partager pas mal dans mon propre entourage. »
    • « Le GENFEST a été une confrontation incroyable avec la force de notre foi et l’enthousiasme et la volonté de jeunes du monde entier pour être UN. Nous ne sommes (heureusement) pas seuls ! Le GENFEST n’aura pas seulement touché des gens via les média, mais cet événement a été super convaincant pour tous ceux qui y ont participé, et c’est ainsi une motivation supplémentaire pour poursuivre chaque jour la construction de ponts avec ceux qui nous entourent, non seulement ceux que nous ne connaissons pas, mais aussi nos amis et les membres de nos familles. Je vais faire mon possible pour rayonner autour de moi tout ce que j’ai appris à ce festival. 12000 jeunes qui veulent répandre ensemble la Parole de Dieu. La manière avec laquelle les jeunes s’approchent les uns des autres sans peur. Nous avons pu construire des ponts. Merci ! »
    • « C’était une expérience incroyable. J’ai appris à connaître beaucoup de personnes et cela s’est passé si vite. Je dois cependant encore digérer le tout. J’ai fait connaissance avec un très beau style de vie que j’aimerais approfondir. Tous étaient tellement ouverts et gentils et nous étions tous venus avec les mêmes intentions. C’était Méga super ! C’est indescriptible. Dommage que c’est déjà fini ! Après Streetlight [n.d.r. point d’orgue du projet belge Together4peace le 12 mai 2012] j’ai la certitude que humainement je me suis développé, mais après le GENFEST… Je dois encore le découvrir. En tous cas, c’était super-impressionnant. Chacun s’est donné totalement et cela a produit des résultats super-fantastiques. Don’t Stop. P.S. je languis déjà vers la prochaine rencontre. »
    • « L’atmosphère a été incroyable. La cohésion dans notre groupe belge rendait toutes les choses encore meilleures. Voir tous ces gens ensemble, qui partagent un même Idéal, celui de l’Unité, c’est impressionnant. Normalement je ne fais pas si facilement le premier pas pour parler avec quelqu’un et donc construire des ponts était un défi. Je n’étais heureusement pas le seul à faire le premier pas. Je suis très fatiguée, je n’ai presque plus de voix, mais en moi j’ai retrouvé l’énergie pour vivre le mieux possible notre Idéal. Le GENFEST a rechargé les batteries de mon courage et je désire le faire. « 
    • “Great Experience New people Festival Eenheid S’amuser Together
    Il n’y a pas de mots pour décrire ce voyage. Incroyable : voir tous ces jeunes briller comme des étoiles ! Je n’oublierai jamais le GENFEST. Mais surtout notre groupe, à cause de l’amour et de l’énergie entre nous. On était une famille, on était UN. Et comme ça on a construit des ponts. Thank you. Merci.”

    • “J’étais fort impressionné à l’arrivée près du Sport Arena le premier jour : voir des jeunes de toutes ces cultures danser, s’amuser, chanter ensemble, alors qu’à la télé et dans les médias on ne parle que de conflits, cela m’a fait comprendre qu’il est possible de vivre l’unité et la paix. »

Tags populaires