Accueil > Actualité > En bref > BeLux > L’économie actuelle vue à partir de la fraternité

    L’économie actuelle vue à partir de la fraternité

    Flash sur ce qu’a été le Forum “L’ECONOMIE, UNE AFFAIRE DE DON” 12mai 2012 (Parlement européen- Salle Alcide de Gasperi)

    lundi 21 mai 2012

    Samedi, 12 mai 2012, le forum intitulé “L’ECONOMIE, UNE AFFAIRE DE DON” a regroupé à Bruxelles 450 participants des pays de l’Europe de l’ouest et de l’est, avant tout du monde académique, politique et de celui des entrepreneurs. Le forum constituait une des expressions de la manifestation « ENSEMBLE POUR L’EUROPE », un événement qui rassemble les nouvelles communautés et mouvements chrétiens de différentes confessions qui existent en Europe. Ces rencontres ont pris naissance en 1999 et veulent promouvoir la réconciliation, la paix et la fraternité sur le continent européen.

    En introduction, le Prof. Hendrik Opdebeeck (Philosophie et Economie à l’université d’Anvers) soulignait le manque de responsabilité qui caractérise la crise européenne : bien souvent les personnes n’ont plus le désir de répondre (v. respons-abilité) à l’appel de l’autre. Alors que là précisément se situe le point de départ d’une réaction adéquate à la crise. Ensuite c’était le tour du Prof. italien Luigino Bruni (Economie à l’Université de Milan) qui dans son intervention (keynote speech) expliquait en quel sens ‘l’économie de communion’ pouvait être une réponse à la crise omniprésente. ‘L’économie de communion’ est née à partir d’une inspiration de Chiara Lubich, fondatrice du mouvement des Focolari, et forme une expression concrète de ce qu’on appelle la ‘culture du don’. Dans le monde entier, environ 800 entreprises (en Belgique elles sont au nombre de 15) adhèrent à cette forme d’économie solidaire et constituent un réseau planétaire. Dans son intervention le Prof. Bruni exhorta l’Europe à ne pas permettre que le système de capitalisme social qui était le sien ne se dégrade et devienne un modèle moins social, aligné sur le capitalisme américain. Au contraire, dit-il, il faut repenser le capitalisme social, et par conséquent, le concept de bénéfice comme ‘moyen’ et non comme finalité.

    Ensuite plusieurs expériences sur le terrain
    , d’entrepreneurs qui dans leur entreprise appliquent les principes de ‘l’économie de communion’, ont été présentées. Entre autres l’entreprise flamande Batiself de Koen Vanreusel qui depuis 20 ans cherche à mettre en pratique ce nouveau modèle économique.
    D’autres mouvements chrétiens réalisent des formes de solidarité comme réponse à la crise. Ainsi Jan De Volder, un des responsables de la Communauté Sant’Egidio en Belgique et président du projet ‘Viva Africa’, présenta les projets de Sant’Egidio au niveau mondial. Tous ces projets mettent l’accent sur le principe de la gratuité.
    Puis Claude Metz de Luxembourg fit connaître l’AMU (Action pour un Monde Uni), une ONG luxembourgeoise qui accorde la priorité au rapport réciproque avec les personnes dans le besoin, comme base d’une véritable coopération au développement, contrairement à l’aide au développement qui ne met pas les deux partenaires sur un pied d’’égalité.

    Les organisateurs du forum (le mouvement des Focolari, Sant’Egidio et le bureau de l’économie de communion’) avaient invité le Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances et du Développement durable, Steven Vanackere, à assister au forum, afin de lui présenter cette nouvelle vision économique et d’engager un dialogue avec lui comme responsable politique. M. Vanackere a suivi l’entièreté du programme avec une grande attention et a exprimé en tant que politicien l’importance d’être présent à de tels forums, de s’en laisser inspirer et remettre en question. Il soulignait entre autres l’importance de la dignité humaine de chaque individu, en contraste avec l’emprise du pouvoir, tout comme la fausse contraposition entre la satisfaction des besoins d’une part, et la croissance économique d’autre part. La croissance est nécessaire, pour tous – mais d’une manière durable et responsable. Le ministre plaçait ces différents éléments dans le cadre du message évangélique chrétien, source des différentes actions de solidarité dont il était question auparavant. Il qualifia le forum comme étant porteur d’espérance.

    Le forum se conclut par une table-ronde animée à laquelle participèrent tous les intervenants. Les longs applaudissements du public, très attentif, remerciaient les membres de la table-ronde pour leurs contributions passionnantes. La réception qui s’en suivit fut l’occasion de continuer le dialogue. 

    Il va de soi que ce forum ne change pas le contexte économique ipso facto ; cependant le fait a été mis en évidence que l’économie contient en elle-même des pistes pour arriver à un système plus durable et plus résistant aux fluctuations des marchés, comme dans les interventions présentées ici, parties d’une vision de solidarité et de fraternité chrétienne.

Tags populaires