Accueil > Actualité > En bref > International > Qui ose (se) poser les questions pertinentes ?

    Qui ose (se) poser les questions pertinentes ?

    interview de L. Fiorani de EcoOne après la conférence de l’ONU à Durban

    lundi 19 décembre 2011

    Du 28 novembre au 10 décembre s’est déroulée à Durban, en Afrique du Sud, la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques. Nous avons interviewé Luca Fiorani, responsable d’EcoOne – réseau international de professionnels dans le domaine de l’environnement et de la nature – pour en faire le bilan.

    Deux semaines de conférence de l’ONU sur les changements climatiques. Quel est le bilan selon vous ?

    A Durban, on a abouti in extremis à un bien modeste compromis:bien que la conférence ait duré un jour de plus que prévu, elle n’a pas produit un nouvel accord engageant pour les différents pays. En plus, la rédaction d’un nouvel accord a été reportée à 2015 pour une entrée en vigueur en 2020.
    Ce résultat confirme la tendance générale des dernières négociations internationales sur le climat : une situation d’impasse. […] Le protocole de Kyoto pour la réduction des gaz à effet de serre, reconduit jusqu’en 2015, est insuffisant autant parce qu’il fixe des objectifs limités que parce que les Pays les plus polluants n’y adhèrent pas. Certains grands pollueurs « historiques » voudraient même que ce soient les Pays dits émergeants qui réduisent leurs émissions.
    Malgré tout, je reste optimiste : je crois que l’humanité trouvera une solution. Certains Pays ont déjà compris l’importance stratégique des sources d’énergies renouvelables. Dans ce contexte, l’Union Européenne s’inscrit de façon positive, avec le plan “20 20 20” (d’ici 2020, réduction des gaz à effet de serre de 20%, de la consommation d’énergie de 20% et passer à 20% de nos besoins énergétiques en énergies renouvelables). 

    N’y a-t-il pas le risque que ces décisions désavantagent les Pays émergeants ?
    Le risque existe. […] Pays émergeants, où une grande partie de la population est encore sans électricité et sans eau courante. Il faudrait soutenir le développement des énergies propres et se demander ; pourquoi les Pays riches ne veulent-ils pas céder leurs brevets dans ce domaine ? Pourquoi exportent-ils des industries polluantes ? Parmi ceux qui soutiennent cette position, il y a aussi l’Eglise catholique.

    A Durban étaient présents des négociateurs de 190 Pays qui cherchent des accords entre les Etats. Et au niveau local, pouvons-nous faire quelque chose ?
    Oui, certainement. L’engagement au niveau personnel, les choix de consommation et la façon dont nous votons aux élections, un style de vie plus sobre
    , tout cela constitue des actions importantes. En outre EcoOne cherche à élaborer une réflexion également sur un nouveau rapport entre personne et nature.

    Pouvez-vous préciser ? Quelles sont les propositions d’EcoOne pour un style de vie plus durable ?La proposition d’EcoOne trouve sa racine dans la pensée de Chiara Lubich. Que nous enseigne-t-elle ? Il ne s’agit pas tant de trouver des techniques plus modernes pour économiser l’énergie, mais d’avoir un regard nouveau sur la nature. Elle nous a fait cueillir la présence de Dieu sous chaque chose. Elle nous a fait aussi comprendre la fraternité universelle, c’est-à-dire la fraternité avec les autres peuples au sein de chaque génération et entre générations, pour répondre aux questions « Quelle planète laisserons-nous à nos enfants ? Quel air respirerons-nous demain ? »

    Cette réflexion sur un rapport renouvelé entre l’homme et la nature nous amène à dépasser un anthropocentrisme excessif, c’est-à-dire celui de l’homme dominateur qui détruit la nature pour l’argent mais aussi à aller au-delà d’une conception où la nature est au centre de tout, au point de considérer la personne humaine uniquement comme un perturbateur du cosmos.
    Nous croyons que la réponse réside plutôt dans le don de soi, dans la personne qui vit le don de soi avec ses semblables et avec la nature dont il ne se sent pas le propriétaire mais l’administrateur et le protecteur, parce qu’elle lui a été confiée par Dieu.

    Luca Fiorani, chercheur à l’ENEA et professeur en écologie et en éducation environnementale à la LUMSA, est le coordinateur international d’EcoOne, une initiative culturelle promue et soutenue par des enseignants, des chercheurs et des professionnels qui œuvrent dans le secteur des sciences environnementales, avec le souci d’enrichir la connaissance scientifique d’une lecture humaniste et sage des problèmes d’environnement. En 2010, il a publié pour Città Nuova, avec Antonello Pasini, « Le réchauffement de la planète. Comprendre le débat sur les changements climatiques ».

Tags populaires