Accueil > Actualité > En bref > International > Assise 2011 : la tradition des grands rendez-vous interreligieux continue (...)

    Assise 2011 : la tradition des grands rendez-vous interreligieux continue et s’amplifie

    La contribution des Focolari

    mercredi 26 octobre 2011

    La 3e rencontre de prière et de réflexion pour la paix et la justice dans le monde, rassemblera quelque 300 délégués des différentes religions ainsi que quatre non-croyants, le 27 octobre, dans la ville de St François. 25 ans après la rencontre historique voulue par Jean-Paul II, le pape Benoît XVI appelle à faire le bilan et à répondre aux nombreux défis actuels.

     « Une inspiration – dit la présidente des Focolari, Maria Voce, dans ‘l’Osservatore Romano’ – qui, sans aucun doute, donnera une profondeur et une accélération nouvelle afin de vivre ses propres convictions religieuses en les mettant au service de la paix. C’est vraiment urgent aujourd’hui alors que de façon absurde se diffuse la peur de la religion. La religion qui, par nature, est source vitale de paix, est accusée d’être la première cause de bien des conflits, tensions, phobies et persécutions qui pullulent dans le monde. »
    Les nombreuses délégations des différentes religions et Eglises chrétiennes partiront de Rome avec le Pape, en train, le matin du 27 octobre. Participera également à ce voyage, avec les leaders de toutes les principales religions du monde, Maria Voce en tant que représentante d’un mouvement qui – fondé sur le charisme de l’unité de Chiara Lubich – s’est fortement et de façon naturelle engagé dans le dialogue depuis ses origines.
    A noter par ailleurs que la régie artistique de la journée d’Assise (chant, choréographies et musique) est confiée à l’ensemble musical international Gen Verde des Focolari. 

    Grâce à son expansion universelle, le dialogue des Focolari est aujourd’hui ouvert avec les principales religions du monde
    , tant au niveau des rapports entre « simples » croyants qu’avec les leaders de vastes mouvements tels que la ‘Rissho Kosei-kai’, mouvement bouddhiste qui compte six millions d’adhérents au Japon, avec l’‘American Muslim Society’ (musulmans afro-américains des USA) et avec différents mouvements d’inspiration gandhienne du sud de l’Inde. Ce qui lie tous ces membres d’autres religions aux Focolari, c’est l’esprit de fraternité, la culture du dialogue et de l’unité.
    Le dialogue a également été ouvert avec des personnes qui ne font pas de référence à une conviction religieuse, des agnostiques, des athées. 

    Emblématique, de ce point de vue, le fait qu’à Assise, Benoît XVI ait souhaité aussi la présence d’un groupe de non-croyants qui « tout en ne se déclarant pas ‘religieux’, se sentent engagés sur le chemin de la recherche de la vérité et ressentent cette responsabilité, qui appartient à tous, de s’engager pour la cause de la justice et de la paix dans notre monde. » Ils sont quatre, des philosophes, historiens, professeurs de différents pays du monde. Parmi eux, Walter Baier : économiste autrichien, Coordinateur du Réseau « Transform ! », forum de recherche européenne qui regroupe des revues et « think tanks » de gauche. Il est membre du Parti communiste autrichien mais aussi collaborateur du « Centre international pour le dialogue avec des personnes de convictions non-religieuses » du mouvement des Focolari.

     «  Aujourd’hui – affirme Maria Voce – le dialogue entre les religions ne peut se limiter aux leaders, aux intellectuels et aux spécialistes. Il doit devenir dialogue de la vie, dialogue qui se révèle de plus en plus indispensable pour la coexistence pacifique dans nos villes et dans nos pays, étant donné que nous sommes maintenant au coude à coude avec juifs, musulmans et bouddhistes, hindous et sikhs. C’est une histoire à découvrir et peut-être à inventer,sans se faire prendre par la peur au vue de l’intolérance et de la violence. C’est le témoignage quotidien qui ouvre des chemins ».

Tags populaires