Accueil > Actualité > En bref > International > Deux jeunes pleinement réalisés : coude à coude ils sont allés jusqu’au bout (...)

    Deux jeunes pleinement réalisés : coude à coude ils sont allés jusqu’au bout de leur choix de Dieu. Le ’plus’ d’un style de vie sous-tendu par la spiritualité communautaire des Focolari

    mercredi 21 septembre 2011

    14.08.1958–18.08.1980 et 29.12.1960–29.09.1980 : Alberto Michelotti et Carlo Grisolia, deux ‘Gen’* de Gênes, dans le nord-ouest de l’Italie, décédés la même année, à peine à quarante jours d’intervalle .
    [ndr :*Gen (New Generation), jeunes qui ont choisi de s’engager à fond dans le mouvement des Focolari]

    Carlo et Alberto, deux jeunes comme tant d’autres : l’un aime la musique, l’autre les escalades en montagne. Carlo, introverti, chante et compose des chansons ; Alberto, brillant dans ses études, est toujours porté vers les marginaux et les plus petits. Et pourtant, ils ont en commun quelque chose qui rend leur amitié extraordinaire : la découverte de Dieu-Amour et la décision de lui donner une place centrale dans leur vie.
    Dans un court message à Carlo, Alberto écrit : “Jésus me répète sans cesse que nous ne pouvons pas nous arrêter : aimer, aimer chacun, ouvrir notre coeur pour en faire sortir l’amour vrai, celui qui naît de la douleur. Je connais mes faiblesses, mais Lui me demande, te demande de continuer à aimer. Carlo, aide-moi à bien vivre ma liberté. Ciao !”
    Ceux qui ont vécu avec eux ces quarante jours qui séparent la mort de Carlo de celle de Alberto, ont vu dans leur départ au Ciel un authentique “plongeon en Dieu”. Dieu les avait préparés. Alberto écrit dans une lettre : « Ma vie est en train de changer lentement. Il y a quelqu’un de plus qui entre toujours dans ma journée et ce quelqu’un, c’est Jésus. Certains jours, je cours dans toute la ville pour trouver la dernière messe dans une église : je peux y rencontrer Dieu dans l’Eucharistie. Tout à coup je pense : Alberto, il y a un mois, tu n’aurais fait cela pour personne, même pas pour ta petite amie ».
    Et c’est justement Alberto qui a été le premier à faire son “grand plongeon” : le 18 août 1980, au cours d’une de ces escalades qu’il aimait tant, il perd à l’improviste l’appui de ses grappins et tombe dans un précipice de plus de 600 mètres ! Les ‘Gen’ qui sont avec lui, accourent tout de suite auprès de sa dépouille et se serrent dans un chant sacré et solennel.
    Carlo n’est pas présent aux funérailles d’Alberto, car il est parti peu de temps auparavant pour le service militaire. Il vient d’apprendre qu’il a une tumeur très agressive. Hospitalisé en urgence, comme il le dit lui-même, il a senti la présence d’Alberto à son côté, pour le soutenir. Les ‘Gen’ se relaient pour être près de lui. Avant de mourir, Carlo leur confie : « Ma vie touche à sa fin. Je voudrais vous dire d’être prêts à donner votre vie l’un pour l’autre [ndr :comme le dit l’Evangile]. J’offre ma vie pour vous tous, mais surtout pour l’humanité qui souffre, pour les jeunes de mon quartier, de ma paroisse, pour que le monde soit uni ».

    Alberto et Carlo ont pris au sérieux l’invitation de Chiara Lubich adressée aux ‘Gen’ : « Je vous invite à devenir saints, de grands saints. Je suis sûre de vous donner ainsi la clé du bonheur ».

    25 ans après leur “départ” pour le ciel, le cardinal Bertone, alors évêque de Gênes, a annoncé qu’un procès en béatification de Carlo et Alberto sera ouvert avec cette particularité : pour la première fois, on voudrait établir si les deux jeunes, incarnant par leur vie la phrase de Jésus « Car là où deux ou plus sont unis en mon nom, je suis au milieu d’eux » (Mt 18,20), sont ainsi parvenus ensemble à la sainteté.

Tags populaires