Accueil > Actualité > En bref > International > Le mouvement des Focolari en Russie hier et aujourd’hui

    Le mouvement des Focolari en Russie hier et aujourd’hui

    Flash sur un des pays de l’est de l’Europe

    mercredi 29 juin 2011

    Depuis les années 70 Chiara Lubich, la fondatrice, avait le désir de se rendre en Russie pour y rencontrer les personnes vivant la spiritualité de l’unité, mais cela n’avait pas pu se réaliser. Au mois de mai dernier l’actuelle présidente, Maria Voce, et le co-président, Giancarlo Faletti, sont allés à Moscou pour y rencontrer des représentants de l’Eglise catholique et orthodoxe ainsi que les quelque 300 membres et amis des Focolari en provenance de la Sibérie, Saint Pétersbourg, Novosibirsk …

    Les premiers contacts entre des Focolari présents en République Démocratique d’Allemagne et des personnes de l’ancienne Union Soviétique remontent aux années 70. Puis, en 1986 une famille hongroise se déplace pour le travail de Budapest à Doubna, à environ 130 km de Moscou. Autour d’eux se réunissent quelques familles et des jeunes.
    En 1989, puis en 1991, s’ouvrent deux centres du Mouvement dans la capitale. En août 1991, il y a la première rencontre de Chiara Lubich avec tous les membres du Mouvement d’Europe de l’Est, à Katowice (Pologne). C’est une étape importante pour la communauté de Russie, qui pour la première fois, passe la frontière pour rencontrer la fondatrice et les membres du Mouvement des pays avoisinants. En avril 1992 se déroule la première rencontre publique, la ‘Mariapolis’, avec 220 participants. Suit un premier voyage à Tcheliabinsk, ville située de l’autre côté de l’Oural, à environ 1900 km de Moscou. Peu à peu se développe une communauté du Mouvement, et déjà, en 1995, se déroule sur place la première rencontre de plusieurs jours. Par la suite, naissent des communautés à Novosibirsk et Omsk.

    En 2001 s’ouvre à Krasnoïarsk un focolare, qui se dédie à la partie sibérienne du pays. Les premiers contacts commencent à se créer avec les personnes qui reçoivent depuis un certain temps la ‘Parole de Vie’. La spiritualité de l’unité est accueillie par des personnes de diverses villes de Sibérie. La première ‘Mariapolis’, en 2004, accueille 90 personnes, de diverses nationalités et Églises.

    Après l’effondrement du régime soviétique, la société russe est marquée par une forte recherche d’identité. Dans cette démarche, la manière d’agir des Focolari a été appréciée, en particulier dans la relation avec l’Eglise Orthodoxe Russe. La présence de Giancarlo Faletti, coprésident du Mouvement des Focolari, à l’intronisation du patriarche Cyrille 1er en février 2009 a été très importante pour la communauté.

    Aujourd’hui, la majorité des membres de la communauté des Focolari à Moscou est orthodoxe. L’une d’entre elles, Nina Vyazovetskaya, à l’occasion du troisième anniversaire du départ de Chiara Lubich, le 18 avril 2008 à la basilique de Sainte Marie Majeure, à Rome, s’est exprimée ainsi : « Je viens de Moscou, j’appartiens à l’église orthodoxe russe. Je suis médecin et j’ai travaillé pendant deux ans comme interne à l’hôpital de Moscou. J’ai grandi dans une famille non croyante, comme la plupart des gens en Russie. En 1990 on m’a baptisée un peu par hasard, parce que, avec l’écroulement du communisme, il y avait une période de grands changements et tout le monde cherchait quelque chose de nouveau. La rencontre avec le Mouvement des Focolari a marqué un tournant dans ma vie : J’ai rencontré Dieu. Pour le connaître plus, je me suis adressée au focolare (communauté au sens strict, composée de femmes ou d’hommes) où il n’y avait à ce moment-là que des catholiques, et elles m’ont amenée à mon église orthodoxe. Ainsi, j’ai commencé à découvrir la beauté et la richesse de l’Église, le fait d’être chrétienne, de vivre pour Dieu. Et maintenant, j’ai pris la décision de suivre Dieu, comme Chiara, dans le focolare. »

Tags populaires