Accueil > Actualité > En bref > BeLux > Rencontre avec les parents de Chiara Luce Badano et l’auteur du nouveau (...)

    Rencontre avec les parents de Chiara Luce Badano et l’auteur du nouveau livre sur la jeune béatifiée

    Au FORUM GEESSEKNÄPPCHEN, à Luxembourg 1430, bd P. Dupong 40, vendredi le 5.11.2010, à 19h30

    lundi 25 octobre 2010

    Ruggero et Teresa Badano seront accompagnés de Franz Coriasco, auteur du livre "Chiara Luce - 18 ans d’une vie lumineuse" (lui-même agnostique) et de sa soeur Chicca Coriasco, la meilleure amie de Chiara Luce adolescente. Pour rappel : le 25 septembre 2010 Chiara ’Luce’ Badano a été béatifiée, en présence de plus de 10000 jeunes.
    Contact : chiaraluce.lux@gmail.com ; tél. 00352-44.04.18

    Comme Franz Coriasco, l’auteur du livre "Chiara Luce - 18 ans d’une vie lumineuse", beaucoup se demandent : pourquoi la souffrance, pourquoi la mort d’une jeune fille si pleine de projets, pourquoi ... D’où puiser la force pour dire oui, aujourd’hui, demain et à chaque moment si l’on ne sait ou ne veut pas croire "que, de ce côté du Ciel ou de l’autre, il existe un Dieu capable de tout faire coller ?" (paroles du début du récit de Coriasco)

    La soirée du vendredi 5 novembre permettra de rencontrer 
    les parents de Chiara Badano
    sa meilleure amie (aujourd’hui mère de 4 enfants), 
    le frère de cette amie qui est auteur-compositeur, critique musical (spécialiste de rock), écrivain, animateur de radio et télé, devenu agnostique après un fort engagement chrétien : 

    une soirée qui permettra des approches multiples de la vie de Chiara Luce, cette jeune engagée à fond dans l’aventure de l’Evangile.

    "Les jeunes sont l’avenir. Tu vois, maman, je ne peux plus courir, et j’aimerais leur transmettre le flambeau. Comme aux Jeux Olympiques : l’un courtpuis il s’arrête et il passe le flambeau à l’autre [...] Parce qu’ils n’ont qu’une vie et qu’il vaut la peine de bien la vivre", dit Chiara à sa mère alors qu’à 18 ans le cancer des os lui a fait perdre l’usage de ses jambes. Elle était super-sportive, pratiquait le tennis, la natation, les randonnées en montagnes. Elle adorait les sorties avec les amis, rêvait de voyager beaucoup, devenir pédiatre pour aider les enfants des pays africains. Puis le diagnostic fatal à 17 ans : un cancer des os particulièrement agressif, et la perspective de souffrances aiguës, avec la mort toute proche. Chiara acceptera le défi, fidèle à elle-même et fidèle à ce Dieu-Amour qu’elle a découvert quelques années plus tôt. 

    Les parents ont donné à leur fille une éducation basée sur le partage, la liberté et la responsabilité, l’ouverture à l’autre quel qu’il soit. Et depuis qu’ils ont connu le mouvement des Focolari en 1981, à un Festival de la Famille, l’idéal de l’unité et de l’amour évangélique devient le leur. C’est là que l’adolescente trouve la force pour aller à contre-courant. Quand la maladie se présente, elle réussira à lui faire face, après une lutte intérieure terrible. "Si tu le veux, Jésus, je le veux aussi", dira-t-elle, et elle restera fidèle à ses paroles. 

    Les parents, les amis du Focolare, tout l’entourage la soutient, mais à vrai dire Chiara encourage et soutient elle aussi les autres. "On sort de sa chambre et on n’est plus le même", disent beaucoup qui lui rendent visite. C’est un cheminement accompli ensemble, un vrai "voyage vers la sainteté" (expression de Chiara Lubich, la fondatrice des Focolari). Une sainteté sans "phénomènes extraordinaires comme les extases et les miracles. [...] Cela est étranger au monde d’aujourd’hui. Mais la Parole de Dieu nous remet en question, encore aujourd’hui : « Soyez saints parce que je suis saint. » (Lev 11,45)" Ce sont là les paroles de Maria Voce, l’actuelle présidente des Focolari, dans une interview donnée au sujet de la béatification de Chiara Luce. "Aujourd’hui de nouveaux chemins s’ouvrent à nous : devenir saints ensemble, la sainteté du peuple, ce sont des mots-clés et ils signifient : aimer l’autre comme soi-même. [...] Chiara Luce n’est pas devenue sainte toute seule. Elle avançait sur ce chemin en compagnie de ses parents, de Chiara Lubich [ndr. avec qui elle avait un contact régulier par lettre], des jeunes qui partageaient avec elle le même idéal de vie." 
    Ceux qui ont vu les parents Badano, lors de l’une ou l’autre émission télévisée, ont été impressionnés par leur humilité, leurs paroles qui touchent le coeur parce qu’elles trasmettent une expérience extraordinaire vécue avec la plus grande simplicité. Les rencontrer peut être intéressant du point de vue de l’éducation, du cheminement spirituel qu’ils ont fait à la lumière de la spiritualité de l’unité. 
    De même Chicca Coriasco, la meilleure amie de Chiara Luce, et Franz Coriasco, le journaliste-écrivain agnostique qui jette sur le "phénomène Chiara-Luce" un regard empreint de curiosité et de doute, et rend d’une certaine façon les armes devant les faits qui parlent pour eux-mêmes.

Tags populaires