Accueil > Actualité > En bref > International > L’unité entre chrétiens et musulmans est possible : l’espérance au-delà des (...)

    L’unité entre chrétiens et musulmans est possible : l’espérance au-delà des peurs

    lundi 30 avril 2018

    Cette conviction a accompagné le départ chez eux des participants au congrès qui s’est tenu à Castel Gandolfo (Rome), du 19 au 22 avril. Ils venaient de 23 nations différentes dont la Belgique. Un focus sur l’après-midi du 21 avril.


    Organisé par le mouvement des Focolari durant le congrès « Ensemble pour donner espoir – chrétiens et musulmans en chemin dans le charisme de l’unité », le samedi 21 avril était dédié à une session ouverte à laquelle ont participé de nombreuses personnalités et personnes qui soutiennent le dialogue vécu entre chrétiens et musulmans dans le quotidien. En ouverture la Présidente du mouvement des Focolari, Maria Voce, a salué l’assemblée : « Depuis maintenant 52 ans nous parcourons un chemin ensemble, chrétiens et musulmans, qui a débuté en 1966 lorsque s’est ouverte la communauté du focolare à Tlemcen en Algérie. Pour Chiara Lubich, dont l’idéal est « Que tous soient un » l’Unité, ce don de Dieu a certes pris une ampleur plus grande lorsqu’il est sorti de nos milieux chrétiens. Ce que l’on appelle l’art d’aimer est devenu fondamental à vivre et à partager.


    Parmi les présents au congrès se trouvait S.E. Mgr. Miguel Ayuso, secrétaire du Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux. « Au regard du panorama mondial d’aujourd’hui, a-t-il affirmé, qui vit une profonde transformation vers une société toujours plus multiculturelle et multi religieuse, le mouvement des Focolari s’est engagé depuis longtemps à développer le dialogue entre les croyants pour que le pluralisme religieux de l’humanité ne soit pas une cause de divisions ni de guerres, mais favorise la construction de la fraternité et la paix dans le monde ».
    L’Imam de Florence Elzir Izzeddin, Président de l’Union des Communautés Islamiques en Italie, est intervenu. Un rapport profond et fructueux de collaboration s’est établi entre lui et les Focolari depuis de nombreuses années. « Nous sommes tous frères. Notre but n’est pas de faire une seule religion mais de construire des ponts. Par le dialogue nous pouvons aller à la rencontre de l’espérance qui dépasse les peurs qui sont engendrées par le terrorisme international. Nous travaillons ensemble pour aller au-delà de nos peurs ».
    Parmi les témoignages, celle de la communauté autrichienne des Focolari avec les réfugiés syriens. Hedy Lipburger raconte : « Dans la Basse Autriche, en 2015, arrivaient des centaines de réfugiés. Nous ne pouvions pas les ignorer, alors nous sommes allés les aider ». Et Mohammad Kamel Alshhada, réfugié syrien, continue : « J’ai dû quitter mon pays, je n’avais pas le choix, parce qu’autrement j’aurais dû suivre l’Isis pour enseigner leurs idées, j’étais en fait enseignant. Mes premiers mois dans les camps de réfugiés en Autriche m’ont laissé dans la dépression et sans espoir, je ne pouvais pas parler avec les habitants du lieu. Puis, pour la première fois, quelques personnes du Focolare se sont intéressées à ma situation. Nous nous sentions acceptés et appréciés, comme si quelqu’un nous prenait par la main et nous aidait pas à pas à commencer une nouvelle vie ».
    Enfin le témoignage d’une forte unité entre le Dr. Shomali, directeur du Centre Islamique de Grande-Bretagne, et Piero Coda, président de l’Institut Universitaire Sophia de Loppiano, qui ont donné vie à « Wings of Unity », un parcours de rencontres pour jeunes chrétiens et musulmans vers un approfondissement des différents « credo » religieux et des parcours de dialogue et de paix. Shomali affirme : « Si nous demandons sincèrement à Dieu de nous guider pour mieux nous comprendre entre nous, Dieu nous guidera. Nous devons demander ensemble à Dieu de nous parler. Piero Coda a accueilli cette idée en 2016 et a dit que nous devions donner un nom à ce projet. C’est ainsi que « Wings of Unity » (Ailes d’Unité ) a vu le jour. Et Piero Coda : « J’ai senti que c’était un véritable projet de Dieu. J’ai alors proposé à Shomali un pacte : pouvons-nous demander à Dieu que ce soit Lui qui prenne en main notre cœur, notre intelligence ? Lui l’a accueilli avec joie ».

Tags populaires