Accueil > Actualité > En bref > International > Un médecin luthérien au focolare

    Un médecin luthérien au focolare

    jeudi 25 janvier 2018

    En conclusion de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens nous proposons l’histoire de Peter Grimheden : un pédiatre suédois, luthérien et focolarino. Lorsque l’unité est pleinement vécue.

    Rond de visage, le regard franc et attentif. Je rencontre pour la première fois Peter Grimheden à Lund, en Suède, à l’occasion de la rencontre historique entre catholiques et luthériens pour les 500 ans de la Réforme. Peter est un jeune pédiatre passionné par son travail auquel il se donne avec beaucoup d’enthousiasme. Sa particularité est d’être suédois, luthérien et focolarino. C’est-à-dire d’avoir choisi une voie de don total à Dieu. Il vit à Stockholm dans une petite communauté avec 4 autres focolarini : un belge, un argentin, deux italiens.

    Tu as grandi dans une famille et un milieu chrétiens ? Je fais partie de l’Église luthérienne suédoise et je viens d’une famille très attachée aux traditions. Quand j’étais petit nous avions l’habitude de rendre visite aux grands-parents. Avant, nous allions à la messe puis nous dînions ensemble. Pendant le dîner, après la vaisselle faite par les femmes, nous nous asseyions et devions écouter grand-père qui nous lisait un sermon de Luther. Comme si celui de la messe ne suffisait pas ! La seule chose dont je me souviens est que je jouais à retenir mon souffle. Mon record arrivait à une minute d’affilé sans respirer. Nous avions une éducation rigide et sévère. Tout était blanc ou noir et je ne pouvais jamais aller ni au cinéma ni jouer au hockey sur glace.

    Comment as-tu connu les Focolari ? J’avais une amie qui m’a invité au concert du Gen Verde, un orchestre musical inspiré des Focolari. La musique, les paroles, l’atmosphère qui s’était créée m’ont plu. Le frère d’une des chanteuses avait été tué au cours d’une guerre civile et elle avait été capable de pardonner. J’aimais ce christianisme positif, qui n’était pas fondé sur des interdits et ce qu’il ne fallait pas faire. Les Focolari de ma ville sont devenus mes amis et je les fréquentais avec ma copine. Mais après quelque temps j’ai senti que j’étais attiré par ces personnes qui se donnaient complètement à Dieu en vivant en communauté. Je les ai suivies sans difficulté aucune. C’était comme si j’étais tombé amoureux. Ainsi, à 21 ans, je suis parti en Italie à Loppiano, à côté de Florence, pour commencer l’école de formation des focolarini. Ce fut une occasion unique pour connaître des personnes du monde entier même si je me sentais un peu « exotique » parce qu’ils étaient presque tous catholiques.

    Aujourd’hui tu vis dans une communauté de Stockholm. Vivre avec des personnes d’une autre Eglise est une difficulté ? Nous aurions plus ou moins les mêmes difficultés si nous vivions avec des personnes de la même Église. L’appartenance à une Église ou une autre n’a pas d’impact sur la vie quotidienne parce que nous partageons les mêmes idéaux. Nous avons en commun la vie chrétienne et je ne décèle pas de différences entre nous. Je me sentais un peu seul à fréquenter mon église luthérienne, mais, maintenant mes amis m’accompagnent de temps en temps parce qu’ils éprouvent de l’intérêt à mieux connaître mon Église, de même que moi la leur. Nous essayons de vivre en présence de Jésus parmi nous et nous sommes tous ses disciples.

Tags populaires