Accueil > Actualité > En bref > International > Nouvelles de Colombie

    Nouvelles de Colombie

    jeudi 6 avril 2017

    De fortes précipitations ont fait déborder trois fleuves dans le sud du pays. Une coulée de boue a frappé la ville de Mocoa, détruisant des quartiers et provoquant la mort de nombreuses personnes, des blessés et des disparus. Les communautés des Focolari écrivent.

    54 morts (dont 62 mineurs), plus de 400 blessés et autant de disparus : voilà le bilan dramatique des fortes inondations qui ont provoqué ces derniers jours une véritable catastrophe dans la ville de Mocos, à 500 km au sud de Bogotá, dans le sud de la Colombie. Le président colombien, Juan Manuel Santos s’est rendu sur le lieu du désastre, réduit à un tas de boue, et a déclaré qu’on ne connaît pas encore le nombre des disparus.

    L’armée est au travail, sans cesse à la recherche des survivants et des personnes isolées, afin de faire arriver les aides humanitaires. L’état d’urgence a été déclaré sur toute la zone sinistrée, dans le but aussi d’accélérer les opérations de récupération des victimes.

    Il est difficile de réussir à décrire non seulement la gravité de ce qui s’est passé, mais aussi ce que les personnes sont en train de vivre, y compris celles de nos communautés qui vivent sur place », nous écrit Alejandra du focolare de Bogotá. « 17 quartiers de la ville de Mocoa (36.000 habitants) ont été détruits. La gare des bus a disparu. Nous avons essayé de reprendre les contacts avec chacun, mais la situation est très difficile pour tout le monde. Dans la région, déjà éprouvée par la pauvreté et la guérilla, beaucoup de prêtres font partie de notre mouvement. Don Luis Fernando a célébré l’une des funérailles collectives, don Oscar Geovanny est encore à la recherche de sa famille. Don Jorge nous a envoyé des photos de ses paroissiens alors qu’ils étaient en train d’aider et de soutenir ceux qui ont tout perdu. Don Oscar Claros a fait savoir que sur les 17 quartiers disparus, 5 faisaient partie de sa paroisse : des familles entières qui recevaient la Parole de vie ont disparu. Lui, personnellement travaille à la distribution des aides, en particulier à ses paroissiens ».

    Sur tout le territoire, les communautés des Focolari se mobilisent pour organiser une récolte de fonds à faire arriver au plus vite sur le lieu du désastre, par l’intermédiaire des prêtres du mouvement. Les focolarini de Bogotá ont activé un réseau rapide de communication avec les personnes sur place. Ils essaient de les soutenir et leur redonner espoir en ces moments difficiles. Ce matin, nous avons parlé avec don Oscar Claros : la situation est encore très chaotique, la région sans eau ni électricité, avec un réel danger d’épidémies ».

Tags populaires