Accueil > Actualité > En bref > International > Samedi 4 février le pape François rencontre 1100 acteurs de l’Économie de (...)

    Samedi 4 février le pape François rencontre 1100 acteurs de l’Économie de Communion

    samedi 4 février 2017

    vendredi 3 février 2017

    Samedi le 4 février le pape François rencontrera 1100 acteurs de l’Economie de Communion de 49 pays. La Belgique est représentée par un groupe d’entrepreneurs et de cadres d’entreprises.


    Huit personnes possèdent à elles seules la même richesse que la moitié de l’humanité la plus pauvre. Voilà ce que dit le rapport Oxfam 2017. La fourchette de l’inégalité s’élargit, elle condamne à la pauvreté des millions de personnes et met en évidence le dysfonctionnement du système économique actuel.


    Dans ce contexte, l’Economie de Communion, comme d’autres parcours économiques, peut être considéré comme un signe prophétique. Elle naît en 1991 pour réagir au scandale des favelas qui entourent la ville de San Paolo, au Brésil. Chiara Lubich invite un premier groupe d’entrepreneurs à mettre sur pied des entreprises qui, suivant les lois du marché, produisent des bénéfices « à mettre librement en commun ». Le but : aider les pauvres, créer des postes de travail, développer la culture du don en alternative à la culture de l’avoir. Depuis lors, 25 années se sont passées.
    Samedi, le 4 février 2017 le pape François rencontrera dans la salle Paul VI, 1100 acteurs de l’Economie de Communion (EdC), en grande partie entrepreneurs, qui ont choisi la communion comme style de vie personnel et pour leur usine. Avec eux, beaucoup de jeunes, chercheurs et professeurs qui veulent mettre des bases théoriques au binôme économie-communion. La diversité des pays d’origine montre que l’EdC trouve sa place dans n’importe quel lieu géographique et culturel, pauvre ou riche. Une assemblée qui veut surtout remercier le pape François pour avoir mis en lumière dans son magistère et dans son action la dignité des pauvres et des exclus. Par la même occasion elle pourra lui présenter quelques fruits de l’histoire de l’EdC qui a affronté les défis et les crises qui tenaillent le monde.
    Aujourd’hui, l’EdC anime des pôles de production en Europe (‘Solidar’ en Belgique, à Rotselaar, près de Leuven) et en Amérique Latine, elle engendre une vie de communion à l’intérieur de plus de 800 entreprises. Elle vient en aide à plusieurs milliers de pauvres, assure l’école à leurs enfants, développe une réflexion culturelle qui permet de repenser les catégories économiques sous l’angle de la réciprocité, du don, de la gratuité et l’idée même de marché. De nouveaux projets sont en cours de réalisation : un partenariat avec des organisations dans le domaine de l’économie sociale et civile, des laboratoires de formation pour entreprise « de communion », un Observatoire sur la Pauvreté qui recueillera les bonnes pratiques dans la lutte contre la pauvreté…


    « Si nous décidons de regarder le monde avec les pauvres et les laissés-pour-compte – affirme Luigino Bruni, chercheur en économie et coordinateur international pour l’Economie de Communion – nous ne pouvons pas rester sur un piédestal, nous devons descendre dans l’arène, à côté des victimes, combattre pour elles, avec elles. En échange, nous acquerrons des yeux nouveaux, nous verrons ce que d’autres ne voient pas, quelquefois ce sera beaucoup plus laid, d’autres fois d’une beauté infinie. L’EdC le fait depuis 25 ans. Si elle veut vivre, elle doit continuer à faire cela chaque jour, mieux, et plus ».


    http://www.edc-online.org/fr ; www.solidar.be

Tags populaires