Accueil > Actualité > En bref > International > Production d’armes. Un problème de conscience

    Production d’armes. Un problème de conscience

    mercredi 30 mars 2016

    Peut-on renoncer à un travail bien rémunéré parce qu’il va contre les principes auxquels on croit ? Frédéric Di Iorio, jeune ingénieur de l’aérospatiale, l’a fait et a raconté son histoire au cours du congrès « la fraternité universelle en chemin : le désarmement possible », qui s’est tenu au parlement italien en mémoire de Chiara Lubich.

    A 19 ans j’ai quitté ma région – les Abruzzes (Italie) – pour des études d’ingénierie aérospatiale à Pise. Ça m’a demandé beaucoup d’efforts mais j’étais très satisfait : en 5 ans j’ai réussi à terminer ma spécialisation avec la plus haute note, y compris un stage en Allemagne qui a enrichi mes compétences. Ma famille m’a beaucoup aidé par son soutien et ses sacrifices.
    Une fois diplômé j’ai attendu avec anxiété de pouvoir trouver ma place dans le monde du travail. Il fallait tenir compte du chômage des jeunes qui, dans notre pays est de 40%, et des usines qui offrent uniquement des contrats à temps déterminé si tout va bien ou comme consultant avec des salaires versés en fin de trimestre voire en fin de semestre. Après quelques mois passés à déposer mon CV, j’ai commencé à penser que je devais peut-être offrir mes services dans d’autres secteurs industriels. Ou bien émigrer.
    De manière inattendue, cependant, je reçois la proposition d’une usine qui est en Italie le principal Consortium européen constructeur de missiles et de technologie pour la défense. Après un échange téléphonique positif, j’ai été invité au siège pour un entretien avec le chef du personnel technique. L’ambiance était jeune et stimulante ; l’usine sérieuse et de haute professionnalité. La fabrication de missiles ne reflétait en rien les principes auxquels je crois mais en mon for intérieur j’avais le grand espoir qu’on m’offre un emploi sans lien direct avec la fabrication des armes. L’entretien s’est bien déroulé : une semaine plus tard, parmi les nombreux candidats, j’ai été rappelé pour conclure l’embauche. Il s’agissait d’un emploi directement lié à la production de missiles.
    J’étais le dos au mur. D’un côté un poste fixe, avec un contrat à temps indéterminé, un très bon salaire et des possibilités d’avancement de carrière. De l’autre mon credo de citoyen, mais surtout en tant qu’homme, dédié à la construction d’une société non-violente, basée sur le respect des droits humains, la justice sociale, le juste équilibre des besoins des hommes, de l’environnement et de l’utilisation des ressources. J’ai de fait toujours cru à une société où l’ambition de quelques-uns n’écraserait pas la dignité de l’autre et le succès économique ne serait pas l’excuse pour oublier l’être humain. Et pour compliquer mon choix, mes camarades d’études me poussaient à accepter sans me soucier de mes principes moraux, me répétant l’idée incontestable qu’un jeune de 25 ans à peine diplômé ne peut pas se permettre, par les temps qui courent, de refuser un travail aussi avantageux. Et avec un tas d’arguments ils essayaient de me mettre face à la réalité en soulignant combien j’avais de la chance et … de l’inconscience ! Et en dernier, avec ce travail je n’aurais plus été un poids pour ma famille qui continuait à m’aider.

    Ceux qui ont joué un rôle décisif, en plus de ma conscience, ont été les personnes qui me sont les plus proches : la famille, ma copine et les Jeunes pour un monde uni avec lesquels j’ai été formé. Tout cela a fait murir en moi l’idée – qui devenait de plus en plus claire – que pour construire une société solidaire et non-violente il faut du concret, en témoignant et en payant de sa personne. Le moment était venu de pouvoir le faire. J’ai répondu à l’usine que je ne pouvais continuer les négociations, et j’ai précisé mes motivations avec transparence. Evidemment ce n’était pas un choix facile, surtout que je n’avais aucune autre offre dans les mains. Mais cela ne m’a pas arrêté. J’ai continué ma recherche et après quelques semaines, d’autres propositions me sont arrivées qui m’ont amené à la place que j’occupe maintenant, satisfait et content du travail que je fais à Turin en tant qu’ingénieur aéronautique dans le secteur civile ».
    Source : Città Nuova

Tags populaires