Accueil > Actualité > En bref > International > Maria Voce : la culture du dialogue comme facteur de paix

    Maria Voce : la culture du dialogue comme facteur de paix

    mercredi 23 mars 2016

    Le 14 mars dernier, dans le monde, de nombreux événements ont célébré le 8° anniversaire de la mort de Chiara Lubich. Il a été fait mémoire d’elle sous l’aspect de sa contribution à la construction de la paix. Les paroles de la présidente des Focolari.

    « Le désir qui nous anime n’est pas celui de se souvenir mais de relire ensemble, 20 ans après, les contenus et la méthode que Chiara Lubich exposa à l’UNESCO le 17 décembre 1996 sur un objectif important, comme jamais en ce moment, pour les relations internationales : l’éducation à la paix.

    À cette occasion, l’UNESCO avait remis à la fondatrice du mouvement des Focolari le prix qui s’adresse à ceux qui, par leurs œuvres, contribuent à créer les voies et les conditions pour que la paix devienne une réalité ». C’est ce que rappelle la présidente des Focolari, Maria Voce, dans son intervention le 12 mars dernier à Castel Gandolfo, au cours de l’après-midi consacré à Chiara Lubich et à la paix, en présence d’ambassadeurs, de représentants de la culture et du monde œcuménique.

    « En considérant la vie actuelle, cet épisode apparaît de grande actualité : qui y a-t-il de plus important que l’éducation pour parvenir à cet objectif ? L’actualité dominante, celle qui s’impose tous les jours à nos yeux, nous offre des images de paix violée, souvent ridiculisée. Nous avons presque l’impression que depuis la réalité des individus jusqu’à la dimension internationale, le fait de « vivre en paix » n’appartient pas aux générations du Troisième Millénaire. Pourtant, combien de fois invoquons-nous la paix ou cherchons-nous à renouer le fil rompu dans les relations entre les personnes, entre les peuples, entre les États ?
    Nous ne pouvons nier que l’on parvient plus facilement à ériger des barrières, pensant sans doute qu’elles peuvent nous défendre, au lieu d’œuvrer pour construire l’unité dans les relations, entre les idées en politique, dans l’économie, entre des visions religieuses de la vie. Et la paix nous échappe. Elle s’éloigne.
    Au siège de l’UNESCO, Chiara offrait une méthode d’éducation à la paix : la spiritualité de l’unité. C’est un nouveau style de vie en mesure de surmonter les divisions entre les personnes, entre les communautés et entre les peuples, par conséquent capable de contribuer à retrouver la paix ou à la consolider.
    Cette spiritualité est vécue par des personnes provenant d’expériences et de conditions diverses : chrétiens de différentes Églises, croyants de diverses religions, et personnes de cultures différentes, tous animés du désir de faire de l’humanité une seule famille. Ils sont conscients de devoir affronter des problèmes et des situations qui se présentent tous les jours à tous les niveaux et dans tous les domaines. Ils sont tendus à être, au moins là où ils sont – je cite Chiara – « semences d’un peuple nouveau, d’un monde de paix plus solidaire des plus petits et des plus pauvres, d’un monde plus uni » (Discours de Chiara Lubich à l’Unesco, 17.12.1996), où il est possible non seulement de dire que nous sommes frères mais aussi de l’être.
    Si la méthode est celle-ci, quel est le « secret de sa réussite » ? C’est un secret que Chiara définit l’art d’aimer, à savoir « que cela nous demande d’aimer en premier, sans attendre que l’autre nous aime. Cela signifie aussi savoir « se faire un » avec les autres, c’est-à-dire assumer leurs fardeaux, leurs préoccupations, leurs souffrances et leurs joies. Si cet amour est vécu par plusieurs personnes, il devient réciproque »[1]. Réciprocité : un mot qui a un grand poids dans les relations internationales mais qui se limite souvent à garantir la trêve dans les conflits et non à les prévenir ou à les résoudre.
    Ceux qui ont des responsabilités et des fonctions importantes au niveau international savent combien les négociations sont difficiles, combien d’obstacles ils rencontrent pour parvenir à des accords satisfaisants pour chacune des parties [en présence]. Faire de l’amour un instrument de négociation concernant le grand objectif de la paix, serait utile pour sentir que nous faisons partie de la même famille, pour vivre cette dimension authentique de la fraternité sans la restreindre à la seule cohabitation mais en la rendant ouverte aux exigences des plus faibles, des derniers, de ceux qui sont exclus de la dynamique de la politique ou d’une économie dont le profit est la seule loi.
    Aimer donc, c’est œuvrer pour l’autre et avec l’autre ; c’est contribuer à surmonter les barrières dressées par des intérêts opposés, par le désir de manifester sa puissance, par les inégalités au niveau du développement, par l’impossibilité d’accéder au marché ou à la technologie ».
    Pour parler d’éducation à la paix, nous nous trouvons face au grand défi de conjuguer une méthode – celle de l’unité fruit de l’amour réciproque -, avec la fragmentation qui atteint désormais tous les domaines de notre quotidien.
    Chiara Lubich en était bien consciente ; c’est pour cette raison qu’elle offrit aux Représentants des États membres de l’UNESCO, cette clé de voûte, une bonne pratique selon le langage utilisé dans les relations internationales. Elle disait en effet : « On ne fait rien de bon, d’utile et de fécond en ce monde si l’on ne connaît pas, si l’on ne sait pas accepter la peine, la souffrance, en un mot : la croix » (Ibid.). L’engagement pour la paix est difficile à réaliser si l’on n’est pas prêt à perdre certitudes et confort, à s’aventurer sur des voies nouvelles, inexplorées ; en devenant créatifs sans improviser ; en écoutant la voix de ceux qui demandent un avenir de paix et en individualisant les lieux où émergent les possibilités de réaliser cet engagement. […]
    Il y a vingt ans, à l’UNESCO, Chiara indiquait l’amour comme « l’arme la plus puissante pour donner à l’humanité une très grande dignité : celle d’être non pas un ensemble de peuples placés les uns à côté des autres, mais un seul peuple, une famille. » (Ibid.).
    Aujourd’hui encore, bien que nous soyons face à des difficultés multiples qui reviennent sans cesse, c’est cet idéal que nous voulons réaliser grâce à l’apport de tous ».

Tags populaires