Accueil > Actualité > En bref > International > Au milieu des SDF à la gare de Rome

    Au milieu des SDF à la gare de Rome

    lundi 21 mars 2016

    800 plats chauds par semaine : lundi et mardi à Ostiense, samedi et dimanche à Tuscolana. Un projet de l’association ‘RomAmoR’ qui implique plus de 200 bénévoles.

    « J’ai commencé à donner un coup de main en décembre 2014, raconte Annette, focolarine allemande. Le froid s’était déjà abattu et on avait urgemment besoin de couvertures. Je voulais en savoir plus lorsque quelqu’un de l’association RomAmoR m’a proposé : « Plus que d’apporter des couvertures on aurait besoin que tu viennes nous donner un coup de main en étant avec eux ». La semaine suivante j’étais déjà à la gare d’Ostiense. Ce fut une grande émotion. Pendant que je m’approchais de ces personnes, je découvrais que, paradoxalement, c’étaient elles qui m’accueillaient ! Je me rendais compte qu’il ne s’agissait pas d’une catégorie de gens qui dérangent et qu’il faut éviter, mais de personnes désireuses de relations, capables de transmettre la chaleur humaine. Peu après sont arrivés les bénévoles avec le dîner et la gare, lieu anonyme, froid et gris, s’est réchauffée ».
    A partir de ce lundi, la vie d’Annette a changé. Les premières nuits, elle ne réussissait pas à dormir en pensant à Giovanni, Stefane, Mohamed qui n’avaient pas de toit au chaud comme le sien. Elle a commencé à ouvrir son armoire, y aurait-il peut-être quelque chose à partager, bien qu’au focolare on essaie de vivre avec le strict minimum. Mais elle a surtout continué à se rendre à la gare tous les lundis. Un soir, en fouinant dans le carnet où l’on écrivait les nécessités des SDF, elle a vu qu’ils avaient besoin de chaussures d’hommes. Elle n’en avait pas chez elle. Elle s’est rappelé l’expérience de Chiara Lubich pendant la guerre quand elle avait demandé à Jésus, présent dans les pauvres, ce dont ils avaient besoin. « J’ai fait pareil et dans les quinze jours qui suivirent – raconte Annette – 10 paires me sont arrivées ! ».
    Avec l’arrivée de l’automne, le besoin de couvertures a doublé. Deux amies de Rome ont fêté leur anniversaire, elles ont alors pensé demander comme cadeau : « des couvertures ». Un paquet est arrivé, mais cela ne suffisait pas. Ne pouvant pas donner celles de la maison (elles n’avaient gardé que le strict nécessaire), Annette les a encore demandées à Jésus, afin que Lui puisse se chauffer dans ces pauvres. « Quelques jours plus tard – raconte-t-elle avec surprise – un centre pour étudiants en théologie déménageait et nous a fait parvenir quatre grands sacs contenant 30 couvertures et une dizaine de matelas pour camping. Sans compter ce qu’avaient récolté les autres bénévoles ».
    Le partage fait tache d’huile. Le voisin d’une collègue, qui avait perdu confiance en toute activité de solidarité, a donné un tas de vêtements chauds et a invité aussi un ami à faire de même. « Mais l’expérience que nous faisons est encore plus forte que ces interventions de la Providence – confie Annette –. Ces personnes n’ont rien à manger, n’ont pas de toit, mais peu à peu elles acquièrent leur dignité parce qu’elles sont mieux habillées et plus propres, mais aussi parce qu’ensemble, nous vivons des rapports de fraternité. Chaque fois j’essaie de vraiment accueillir l’autre en me mettant dans la disposition d’être un petit instrument de l’amour de Dieu. Et eux me donnent la possibilité de témoigner de l’évangile « dans la rue », en partageant avec ces personnes venues du monde entier et dont les idées et les opinions sont des plus variées. Dans cette réciprocité, la réalité change, la ville prend un autre visage. On peut toucher l’amour du doigt… même à travers un simple dîner chaud. A Noël nous avons eu un cadeau spécial : deux amis de la gare sont venus fêter avec nous au focolare, à la grande joie de tout le monde ».

Tags populaires