Accueil > Actualité > En bref > International > Des réfugiés sur mes vélos tout-terrain

    Des réfugiés sur mes vélos tout-terrain

    lundi 7 mars 2016

    Face aux attitudes bien divergentes envers les nombreux réfugiés qui arrivent en Europe, le geste d’accueil d’un employé qui offre ce qu’il a et crée l’amitié.

    « Je suis employé et j’habite à Catanzaro. Au cours d’une rencontre d’amis engagés dans le social à laquelle j’ai participé, j’ai appris que quelques jeunes étrangers qui vivent dans un centre d’accueil pour réfugiés, avaient besoin de vélos pour se rendre au travail.
    Je me suis rappelé que dans le garage, j’avais deux vélos tout-terrain en bon état auxquels je tenais beaucoup, en souvenir de longues et belles randonnées en montagne avec mon fils. Sans hésiter j’ai levé la main pour les offrir. Il fallait cependant les faire arriver à destination, chose difficile. Peu de temps après on m’apprend que ces amis organisent pour la fin janvier, un congrès de trois jours dans un village touristique proche des maisons des réfugiés, et je suis invité à y participer.
    Vous ne pouvez pas imaginer combien ma joie a été grande à la suite de cette nouvelle, je pouvais leur apporter moi-même les vélos – temps et coût zéro – et en plus je pouvais les donner en main propre aux intéressés et faire connaissance avec eux.

    Mais une autre difficulté surgissait : les vélos étaient trop encombrants et n’entraient pas dans le coffre de ma voiture. Ne voyant pas d’issue, j’ai demandé à mon voisin, qui vend des objets d’occasion, s’il pouvait m’aider à trouver une solution. Mais lorsqu’il a su que je voulais donner les vélos à des réfugiés il a commencé à dire que ce serait mieux de les lui donner pour qu’il en obtienne un bon prix et il lui semblait que « ce n’était pas le cas d’aider ces personnes inconnues qui viennent chez nous prendre le peu de travail qu’il y a et créer tellement de problèmes et de tensions sociales ». Mais il s’est rendu compte que je restais ferme dans ma décision, alors il m’a dit qu’un de nos amis communs avait un porte-bagages pour deux vélos qui irait très bien pour mon cas.

    Je suis allé voir cet ami qui s’est montré tout de suite disponible et bien content de donner ses porte-bagages.
    Tout allait pour le mieux. Le jour fixé, quatre jeunes réfugiés sont venus retirer les vélos là où se déroulait notre congrès. A peine les ont-ils vus attachés sur le toit de la voiture que leurs yeux brillaient. Sans doute s’attendaient-ils à trouver de vieux vélos rouillés, alors qu’ils étaient beaux, comme neufs et en bon état. Ils étaient vraiment contents et tout heureux ; puis timidement et avec beaucoup de dignité ils ont remercié en disant qu’ils étaient pauvres et n’avaient rien pour nous rendre la pareille mais le soir même ils seraient revenus pour chanter leurs chants au son du tambour, pendant la célébration eucharistique. Je suis convaincu que le rapport d’amitié qui est né restera… » (Dominique, Italie)

Tags populaires