Accueil > Actualité > En bref > International > Soutenance de thèse n° 100 à Sophia, l’institut universitaire de Loppiano (...)

    Soutenance de thèse n° 100 à Sophia, l’institut universitaire de Loppiano (Florence)

    jeudi 3 mars 2016

    Fondé en 2008, l’institut accueille des étudiants de toutes les nations qui veulent approfondir leur spécialisation de manière interdisciplinaire et transdisciplinaire. la proposition : un master en Fondements et Perspectives d’une Culture de l’Unité, soit en Economie et Management, Ontologie trinitaire soit en Etudes politiques. De Belgique aussi plusieurs étudiants ont suivi cette formation qui allie la pensée à la vie, la recherche intellectuelle à l’approche existentielle.

    C’est Judith Povilus, vice-présidente de l’Institut Universitaire Sophia (IUS), qui a accompagné le parcours de Akie Otomo et de Yukie Ohi, deux étudiantes du mouvement bouddhiste Rissho Kosei-kai qui ont mené à bien jusqu’au bout le cours universitaire : Fondements et Perspectives d’une Culture de l’Unité.
    Le sujet de la thèse, une comparaison entre “La Hoza dans la Rissho Kosei-kai et la vie d’unité dans la spiritualité du mouvement des Focolari”, a mûri dans un climat d’écoute et d’accueil réciproques avec la participation active des deux professeurs qui ont suivi la candidate en qualité de directrice et sous directrice de maîtrise, Anna Pelli, docteur en philosophie, et Antonella Deponte, docteur en Psychologie. « Le point central était d’un grand intérêt : il s’agissait de chercher à savoir comment à l’intérieur de réalités agrégatives différentes, comme les proposent la Rissho Kosei-kai et le mouvement des Focolari, souffle un rythme de vie analogue : la communion. Et cela en mettant en pratique un de leurs aspects particuliers : d’une part la Hoza, caractéristique “cercle de compassion”, constitué d’un groupe de personnes qui se rencontrent pour partager leurs problèmes personnels et trouver une aide réciproque à la lumière des enseignements de Bouddha ; et de l’autre, la « communion spirituelle » guidée par la Parole de l’Evangile qui rend possible le partage des expériences vécues, afin de cheminer ensemble vers Dieu ».

    Au fur et à mesure qu’il progressait, il devenait de plus en plus clair que le travail ne pouvait se comprendre que dans la sphère de cette expérience prophétique de dialogue qui a surgi de la rencontre entre Nikkyo Niwano et Chiara Lubich, figures de premier plan du XXème siècle. Le premier, leader bouddhiste, fondateur de la Rissho Kosei-kai, unique observateur non chrétien au Concile Vatican II ; et la seconde, personnalité du monde catholique qui est à l’origine d’un mouvement mondial de renouveau spirituel et qui a su parler à des hommes et des femmes de foi et de culture différentes.
    De nombreux points communs les ont menés à collaborer en faveur de la paix et de la compassion réciproque entre les hommes et les peuples, au point de se faire le don de leur propre expérience particulière de foi. Entre autres, la thèse relate la correspondance épistolaire qu’ils s’échangeaient en mentionnant quelques passages qui ont permis à l’étudiante japonaise de se concentrer de manière surprenante sur certains fondements de la culture de l’unité, qui, à son avis, ouvrent de profonds espaces de dialogue et de partage.
    « C’est sur cette base – commente la prof. Pelli – que l’intuition qui a guidé Akie dans sa recherche a pris forme. Le long du parcours, chacun a découvert la rencontre du vrai qui habite en lui avec le vrai qui habite en l’autre : nous avons découvert qu’une telle rencontre était en quelque sorte ce qui nous appartenait déjà et qu’en même temps elle s’ouvrait sur des perspectives plus vastes. Je suis convaincue qu’une telle expérience n’a été rendue possible que grâce au lieu privilégié qu’est Sophia, où le quotidien tend à ce que vie et pensée, recherche intellectuelle et approche existentielle convergent substantiellement vers le bien, à travers le don réciproque de notre diversité ».
    Source : IUS online

Tags populaires