Accueil > Actualité > En bref > International > Maria Voce : L’importance du dialogue dans le monde d’aujourd’hui

    Maria Voce : L’importance du dialogue dans le monde d’aujourd’hui

    mercredi 2 mars 2016

    Plusieurs rencontres de caractère interreligieux ont eu lieu au cours du voyage en Inde de Maria Voce, présidente du mouvement des Focolari. Nous proposons ici un extrait de son intervention à l’India International Centre de New Delhi.

    Après avoir décrit à grands traits quelques-uns des défis du monde actuel – menace pour la paix et recherche de l’affirmation de sa propre identité – Maria Voce offre quelques réflexions à partir de l’expérience charismatique de dialogue proposée par Chiara Lubich. Nous sommes le 26 janvier, à l’« India International Centre » de New Delhi.
    « Si nous nous efforçons de saisir quelles sont les caractéristiques spécifiques proposées par le dialogue du Mouvement, la première nous apparaît être son fondement. Chiara [Lubich] nous a toujours enseigné à considérer Dieu comme le Père de tous et, par conséquent, à considérer tout homme et toute femme que nous rencontrons comme fils ou fille de Dieu et donc comme notre frère ou notre sœur. Elle révéla elle-même à ses compagnes en 1947 : « Nous devons, avant tout, fixer notre regard sur l’unique Père de tant de fils. Puis regarder toutes les créatures comme des enfants de cet unique Père. Dépasser sans cesse par la pensée et par le cœur toutes les limites imposées par la vie humaine et prendre l’habitude de tendre constamment à la fraternité universelle en un seul Père, qui est Dieu. Jésus, notre modèle, nous enseigne deux choses, qui n’en font qu’une : être fils d’un seul Père et être frères les uns des autres »[i].

    Je me rappelle la joie de Chiara lorsqu’elle nous a fait part du commentaire de notre chère prof. Kala Acharya après leur rencontre en Inde en 2001 : « Chacun de nous a grandi enfermé dans ses propres murs en admirant son propre jardin, sans savoir que de l’autre côté de ces murs très hauts, il existe de très beaux jardins à contempler ».
    Si c’est cela le fondement, la méthode du dialogue que Chiara nous enseigne ne peut être que l’amour ! C’est un dialogue entre frères, par conséquent un dialogue entre des personnes et non entre des idéologies ou de systèmes de pensée. C’est un dialogue qui doit nécessairement être soutenu et alimenté par la miséricorde, la compassion, la charité tel qu’il est résumé dans la Règle d’Or [Fais aux autres tout ce que tu voudrais que les autres fassent pour toi].
    L’amour et la miséricorde, mise à la base du dialogue, nous permettent non seulement de voir ceux qui sont proches de nous dans une lumière nouvelle mais ils nous font découvrir la diversité, quel qu’elle soit, comme un don. « Ceux qui sont près de moi ont été créés – disait Chiara – comme un don pour moi, et moi comme un don pour eux. Sur terre, tout est en relation d’amour : tout avec tout. Cependant il faut vivre l’Amour pour déceler le fil d’or qui relie les êtres »[ii].

    Actuellement, en vertu des possibilités considérables que nous offrent les moyens de communication, les contacts se multiplient mais deviennent brefs, éphémères, privés de sens alors que se brisent ou diminuent les relations entre les personnes. Ce n’est que lorsque l’on insère dans le rapport « moi-toi » un amour qui dépasse la dimension purement naturelle, que les contacts peuvent se transformer en relations ; c’est là que nous pouvons construire des réseaux de véritable fraternité. En cela, la religion est appelée à être mise en cause pour donner un sens, une âme, des réponses vraies et satisfaisantes à l’humanité d’aujourd’hui, confuse, traumatisée et égarée. Nous avons constaté ces dernières années, le rôle irremplaçable des religions pour porter leurs disciples à se reconnaître réciproquement, à se respecter, à collaborer et à devenir acteurs dans la construction d’un monde de paix où règnent la justice et le respect de la personne.

    Chiara Lubich elle aussi, fondatrice du mouvement des Focolari, a vécu et contaminé tous ceux qui s’inspirent d’elle dans cette aventure extraordinaire, dans laquelle un amour quelconque ne suffit pas. Il est nécessaire d’apprendre un art, qu’elle-même a défini : « l’art d’aimer ». (…) Si nous vivons tous cet « art », nous réaliserons quelques-uns des principes indispensables dans le dialogue entre les religions. J’en cite quelques-uns :
    Unité dans la diversité. Il est nécessaire que chaque religion soit accueillie en respectant pleinement ce qu’elle considère sacré, selon sa tradition. Le prosélytisme et le syncrétisme sont incompatibles avec la paix. (…)
    Réciprocité dans les rapports. Dans le partage de la spiritualité vécue, chacun est enrichi non seulement sans risquer de compromettre sa propre foi mais avec la possibilité de l’approfondir. (…)
    Égalité de la dignité de tout homme. C’est la clé pour tout rapport harmonieux de collaboration pour construire des sociétés démocratiques fondées sur la paix.

    Le charisme de Chiara Lubich, fondatrice du mouvement des Focolari, peut être résumé en un mot : unité. C’est la vocation spécifique du Mouvement tout entier qui s’engage à la vivre cette année : travailler, s’engager sur tous les fronts pour contribuer à construire un monde uni, à porter la paix et la réciprocité dans tous les milieux.
    La fidélité à notre charisme l’exige, à cette première intuition que Chiara exprimait de cette façon dès 1946 : « Pour nous une chose est claire : l’unité est ce que Dieu veut de nous. Nous vivons pour être unis à lui et à tous les hommes. Cette vocation splendide nous relie au ciel et nous plonge dans la fraternité universelle. Il n’y a rien de plus grand. À nos yeux aucun idéal ne surpasse celui-là  »[iii].
    New Delhi, 20 janvier 2016

    [i] C. LUBICH, L’arte di amare, Città Nuova, Roma 2005, p. 29, traduit en français in Un nouvel art d’aimer, Nouvelle Cité Paris 2005, p. 8
    [ii] C. LUBICH, Scritti Spirituali 1, “L’attrattiva del tempo moderno”, Città Nuova, Roma 1978, 140. Traduit en français in Comme un diamant, Nouvelle Cité Paris 1996, p. 115
    [iii] C. Lubich, L’unità e Gesù Abbandonato, Città Nuova, Roma 1984, p. 28. Traduit en français in Jésus abandonné, Nouvelle Cité Paris 1985, p 13

Tags populaires