Accueil > Actualité > En bref > International > « La maladie a changé la vision du monde que j’avais »

    « La maladie a changé la vision du monde que j’avais »

    un jeune de 18 ans raconte

    lundi 18 janvier 2016

    Nikola Kopilovic habite Belgrade, en Serbie. A 18 ans, au début de sa classe de première, on lui annonce qu’il est atteint d’une maladie grave. „ Sachez qu’on arrive au vrai bonheur par de petits gestes d’attention et ne vous préoccupez pas du lendemain ”, voilà son conseil à ses amis dans une lettre écrite quelques mois plus tard.


    « J’aime beaucoup la nage et la voiture  ; dès que je serai guéri je prendrai le permis. J’ai une sœur que j’aime énormément et mon frère ainé est mon modèle. J’écoute presque tous les genres de musique, surtout la techno. Je voudrais avoir un chien… Avant je ne lisais pas, mais maintenant lire est devenu très intéressant, aussi parce que le temps passe plus vite à l’hôpital ».


    Un soir, au cinéma avec sa sœur, il a eu tout d’un coup mal à une dent. Il ne pouvait pas imaginer que ce serait le premier symptôme de quelque chose de grave. Les jours suivants la joue gauche commence à enfler et il n’arrive presque plus à ouvrir la bouche. « Ça me faisait très mal, mais au lieu d’aller chez le dentiste, j’ai essayé de me soigner tout seul en me mettant des compresses et de la pommade. Aucun résultat, c’était même pire. A la fin je vais chez le dentiste qui m’envoie tout de suite chez un chirurgien qui m’hospitalise. Je suis surpris, mais je ne me préoccupe pas plus que ça. Je pense revenir à la maison deux jours après ». Les analyses montrent que quelque chose ne va pas dans le sang. On me change de département, puis je vais dans une autre clinique. A la fin le diagnostic est sérieux : leucémie.
    “Je n’avais aucune idée sur cette maladie – raconte Nikola – mais je n’imaginais pas que j’aurais dû être soumis à la chimiothérapie et que les soins auraient été longs. J’ai commencé les premières séries de chimio et il me semblait perdre la tête. Les pensées les plus sombres me montaient à l’esprit. J’ai commencé à douter de l’existence de Dieu et à me demander pourquoi ça m’était arrivé justement à moi. Qu’est-ce que j’avais fait de mal, peut-être m’avait-Il abandonné ? J’ai cherché la réponse et j’ai compris que cette maladie est un message de Dieu pour moi. J’ai fait l’expérience de Sa présence de manière plus forte, Il était toujours à mes côtés ; ayant l’intuition qu’Il voulait quelque chose de moi, j’ai beaucoup pensé à ce que cela pourrait être. Tout m’est venu à l’esprit, peut-être que je devais me donner aux autres ? La maladie m’a réveillé, elle m’a fait changer ma vision du monde. J’ai commencé par ne plus fumer et j’en suis très fier ! Ici à l’hôpital j’ai connu des personnes très chouettes et fait deux ou trois amis. Un jour plein de soleil, j’ai ouvert la fenêtre et j’ai vu passer une fille. Je l’ai regardée et elle m’a souri avec beaucoup d’amour. Plus tard j’ai découvert que c’était une infirmière. J’ai alors compris que le bonheur réside dans de petits signes d’attention comme celui-ci. Un garçon m’a dit : tout ce qui est à moi est aussi à toi. Personne ne m’avait jamais dit quelque chose de ce genre. J’ai éprouvé une grande joie ».


    “J’ai eu de la chance parce qu’avec mes frères les résultats étaient compatibles avec moi pour la greffe de la moëlle. Le temps de soin était donc plus court et il y avait moins de probabilités que la maladie revienne. Je suis vraiment reconnaissant pour toutes les prières et tous les messages qui m’arrivent du monde entier par Facebook. A l’hôpital on se fait compagnie et lorsque nous nous retrouvons avec un groupe de jeunes, le temps passe plus rapidement. J’ai aussi un frère qui m’a laissé son ordinateur ! Je peux donc voir des films, naviguer sur internet… Je passe beaucoup de temps en prière. Les conditions dans lesquelles je suis ne me rendent pas la vie facile, mais on s’habitue à tout… ».


    On lui a demandé ce qu’il dirait aux jeunes du même âge que lui, voilà ce que Nikola répond : « Je dirais : vous pouvez apprendre du passé, même faire des projets pour le futur, mais le plus important c’est de vivre le moment présent, c’est ça que j’ai appris. Sachez qu’on arrive au vrai bonheur par de petits gestes d’attention et ne vous préoccupez pas du lendemain, parce que lorsque vous avez appris à réaliser cela, vous vous sentirez bien mieux. Si des pensées négatives vous encombrent la tête, changez-les tout de suite par d’autres positives. Faites-le chaque fois et avec le temps elles passeront. Aimez celui qui passe à côté de vous et soyez toujours reconnaissants pour tout ce que vous avez ».


    Source : Novi Svet 1-2. / 2015

Tags populaires