Accueil > Actualité > En bref > BeLux > Novi Sad : inauguration de Easykit Serbie

    Novi Sad : inauguration de Easykit Serbie

    lancement d’une nouvelle entreprise, projet belgo-serbe de l’Economie de Communion

    mardi 15 septembre 2015

    Ce projet, né il y a un an et demi et qui a été annoncé dans le Rapport de l’Economie de Communion (EdC) 2013-2014 est arrivé à terme. Interview de l’entrepreneur belge Koen Vanreusel.

    Quoi de plus agréable que la tiédeur de la maison par une froide soirée d’hiver ? En Belgique, depuis plus de 20 ans, on peut installer soi-même chez soi un système de chauffage, grâce à l’assistance de l’entreprise de l’économie de communion Easykit. Depuis le 29 août, en Serbie, à Novi Sad, on peut faire la même chose grâce à Easykit D.O.O : le rêve de Koen Vanreusel, Kris Vanlathem, Johan Verhegge et Attila Talos est devenu réalité.

    Ce projet avait commencé à prendre forme au congrès EdC d’Ottmaring en Allemagne en octobre 2013 : pour la première fois les entrepreneurs EdC du Nord et de l’Est de l’Europe vécurent ensemble un congrès.
    Ce ne fut certes pas facile pour les organisateurs de cette rencontre d’harmoniser entre elles des mentalités aussi différentes (quel défi d’assurer les traductions en des langues aussi diverses…), et pourtant l’histoire de Koen et d’Attila montre une fois encore la capacité génératrice de la "biodiversité". L’idée initiale a été suivie d’une période d’évaluation de la faisabilité, avec des visites réciproques en Belgique et en Serbie, puis d’une intense année de travail pour constituer la nouvelle société, Easykit Serbie, qui ce 29 août a inauguré à Novi Sad son premier magasin.

    Koen, peux-tu nous dire quelque chose de ton entreprise ?
    Nous avons fondé notre entreprise Easykit en Belgique il y a un peu plus de 20 ans, avec un client, un magasin et deux salariés, Kris et moi. Aujourd’hui nous avons plus de 60 salariés, 7 magasins et nous pouvons assister plus de 2000 clients chaque année..

    En quoi consiste votre entreprise ?
    Easykit Belgique et Easykit Serbie vendent des installations de chauffage que les clients, avec notre assistance, peuvent monter eux-mêmes, fiers du résultat obtenu, et contents d’économiser sur l’installation. C’est cette "assistance" qui nous différencie de nos concurrents, gagnant avec succès en Belgique la faveur du public.

    Comment t’expliques-tu ce succès ? Quand vous avez commencé avec Kris Vanlathem, vous ne pouviez pas savoir si cela fonctionnerait…
    L’entrepreneur doit toujours regarder en avant, observer le monde qui l’entoure et chercher à le rendre meilleur à travers son entreprise. Pour Easykit, cela signifie :
    1. Assister le client dans le montage de l’installation de chauffage et d’autres équipements techniques dans sa maison.
    2. Créer des emplois pour les personnes et les familles
    3. Aller plus loin en s’intéressant au monde environnant, proche et lointain, et apporter l’aide possible, à travers la mise en commun des bénéfices dans le projet EdC.
    Notre idée a assurément correspondu à un besoin réel : économiser en montant soi-même l’installation, et obtenir un résultat optimal grâce à l’assistance technique reçue. En termes d’économie civile, les biens relationnels et l’avantage mutuel se marient et font le succès de notre entreprise.

    Comment s’est passée ta rencontre avec Attila, et quelle suite y a-t-il eu ?
    Quand nous nous sommes connus en octobre 2013, j’ai vu en Attila beaucoup d’enthousiasme pour notre entreprise et nos produits : là, nous avons commencé à penser que notre idée pouvait réussir aussi en Serbie. Avec Boglarka, sa femme, il a immédiatement souscrit aux trois points de notre mission : nous y avons vu un signe pour commencer cette aventure. Nous avons construit pas à pas cette nouvelle société, rencontré des personnes aptes à gérer localement la comptabilité, la fourniture de nos produits, l’implantation du magasin. Bien sûr nous avons dû adapter nos idées au contexte local. Nous avons rencontré surprise et curiosité, mais ensuite, je dois le dire, cela s’est toujours transformé en collaboration. Aujourd’hui nous sommes heureux et très confiants en l’avenir de Easykit Serbie ; l’enthousiasme des associés est tel que, certainement, il va vite conquérir nos futurs clients.

    L’inauguration d’Easykit Serbie a été pour toute la communauté EdC serbe un moment de grande joie, avec une soixantaine de participants. L’invitation disait : "L’entreprise est un bien commun qui enrichit la communauté entière ; elle a donc besoin de « tout le village » pour survivre". "En effet – nous confie Minka Fabjan, coordinatrice de l’EDC en Serbie et Croatie – il semble que ‘tout le village’ soit accouru pour souhaiter la bienvenue à la nouvelle entreprise. Parmi les commentaires recueillis : « C’est notre entreprise », « c’est un miracle », « c’est une nouvelle humanité ». Une immense gratitude était palpable envers les amis belges pour leur compétence, communion, accompagnement et amitié".

    L’enfant est né et Easykit peut maintenant grandir. Meilleurs vœux de toute l’EdC !

    Antonella Ferrucci

Tags populaires