Accueil > Actualité > En bref > BeLux > Plus qu’un air de famille : la fête de Sainte Claire à la Mariapolis (...)

    Plus qu’un air de famille : la fête de Sainte Claire à la Mariapolis Vita

    mardi 18 août 2015

    Le soir du 12 août une cinquantaine de personnes s’étaient donné rendez-vous au Centre de Rencontres Unité pour fêter la sainte d’Assise qui a joué un rôle de premier plan dans la vie de Chiara Lubich.

    Alors que deux familles présentes ne parlaient ni le français ni le néerlandais, le jeu par équipes multilingues s’est déroulé avec une grande simplicité et joie. Les photos ci-dessous en disent long. La messe chantée, le repas pris ensemble, un chant composé pour l’occasion, le moment de méditation (sur une des interventions de Chiara lors de la fête de sainte Claire) et de partage, tout était marqué par la fraternité qui se vit là où le Christ est présent (v. Matthieu 18, 20) et le sentiment de faire partie de la même famille de Chiara.
    Que est le lien entre Chiara Lubich et Claire d’Assise ? La jeune Silvia Lubich faisait partie du Tiers Ordre franciscain de sa ville natale de Trente, quand elle a pris le nom de Chiara – Claire, disciple de saint François d’Assise. La radicalité avec laquelle Claire avait renoncé à tout pour vivre pour Dieu, l’impressionnait fort. Et pendant bien des années Chiara parlait chaque 11 août de la sainte d’Assise, soulignant l’un ou l’autre trait de sa vie, modèle pour tous les chrétiens.
    Donnons la parole à Chiara elle-même : « Les instruments de Dieu ont, en général, une caractéristique : leur petitesse, leur faiblesse… Tandis que l’instrument travaille entre les mains de Dieu, celui-ci le forme par mille et mille moyens douloureux et joyeux. Il le rend ainsi toujours plus apte au travail qu’il doit accomplir. Jusqu’à ce que, ayant acquis une profonde connaissance de lui-même et une certaine intuition de Dieu, il puisse dire, en toute connaissance de cause : je ne suis rien, Dieu est tout. Quand l’aventure a commencé, à Trente, en 1943, je n’avais pas de programme, je ne savais rien. L’idée du Mouvement était en Dieu, le projet était au ciel ».

    Images

Tags populaires