Accueil > Actualité > En bref > International > Evangile vécu au quotidien

    Evangile vécu au quotidien

    vendredi 3 juillet 2015

    Le client
    Je dirige une agence bancaire. Un soir, en sortant du bureau, je portais sur les épaules, le poids d’un gros problème irrésolu : il concernait un client qui s’était mal comporté avec son compte courant. J’entrevoyais seulement deux solutions qui me faisaient souffrir : nuire gravement au client en mettant en route les pratiques légales ou risquer de faire moins bien ce qui était mon devoir. J’avais un rendez-vous avec ma femme pour rentrer ensemble à la maison. Habituellement, j’essayais de me libérer l’esprit, mais cette soirée-là, je n’ y arrivai pas. Elle le comprit immédiatement et me dit : « Journée pesante aujourd’hui, n’est-ce pas ? ». Je commençai à me confier. Mary n’était pas dans les problèmes de banque mais elle m’écoutait attentivement, en silence. Après lui avoir tout dit, je me sentis comme soulagé et davantage confiant. Le problème persistait mais désormais il n’était plus seulement mien. Le lendemain, je commençai à entrevoir une troisième solution qui permettait, tout en respectant mes devoirs, de ne pas nuire au client. (G.K. – Grande-Bretagne)

    Problèmes d’audition
    Avec de sérieux problèmes d’audition, poussé aussi par mes paroissiens, je suis allé consulter un spécialiste. Après m’avoir demandé à quel ordre religieux j’appartenais, il a commencé à énumérer ses rancœurs contre l’Église pour toutes les incohérences et les contradictions qui lui avaient fait perdre la foi. Je l’ai écouté avec amour, en me rendant bien compte que je me trouvais face à une personne qui ne se contentait pas d’un christianisme superficiel. A mon tour, je lui ai répondu qu’il n’y a pas d’argumentations pour défendre l’Église mais seulement une vie cohérente. Et j’ai ajouté : « Dieu nous aime comme nous sommes ». Il a voulu mon adresse et mon numéro de téléphone. Le soir même, il était venu me trouver et m’avait raconté qu’il avait été au séminaire jusqu’à l’âge de 18 ans jusqu’à ce qu’il lui avait semblé que le marxisme correspondait mieux à ce qu’il cherchait ; mais actuellement, ces certitudes s’étaient étiolées. Après quelques jours, il m’a confié qu’en entrant dans une église, il lui avait semblé que Dieu lui disait : « Moi, je ne t’ai jamais abandonné ». Maintenant, il est retourné aux sacrements avec son épouse. (P .G. – Italie)

    Licenciement
    Ces jours-ci, ils ont distribué des lettres de licenciement dans l’usine, dont une adressée à Giorgio.
    Connaissant ses conditions financières précaires, je m’approche de lui et l’invite à venir avec moi au bureau du personnel : « Je suis mieux loti que lui – dis-je – et ma femme a un travail. Licenciez-moi plutôt ». Le chef promet de réexaminer le cas. Lorsque nous sortons, Giorgio m’embrasse, ému. Le fait passe naturellement de bouche à oreille et deux autres ouvriers, plus ou moins dans une situation similaire à la mienne, s’offrent à la place de deux autres qui sont licenciés. La direction est obligée de repenser ses méthodes de choix de licenciements.

    Ayant eu vent de l’affaire, le curé la raconte dans son homélie, sans citer de noms. Le jour après, il me fait savoir que deux étudiantes ont été lui apporter leur épargne pour les ouvriers en difficulté, en déclarant : « Nous aussi voulons imiter le geste de cet ouvrier ». (B.S. – Brésil)

Tags populaires