Accueil > Actualité > En bref > BeLux > Approfondir l’Eucharistie, mystère de communion

    Approfondir l’Eucharistie, mystère de communion

    session de 4 jours à Rotselaar

    lundi 18 mai 2015

    Environ 80 adultes des différents régions de Belgique (et quelques-uns du Luxembourg) se sont retrouvés à Rotselaar, de jeudi 14 à dimanche 17 mai, pour approfondir l’Eucharistie, Pain de vie, centre de la foi chrétienne et fondement de la spiritualité de l’unité.


    Grâce aux méditations sur les thèmes de la fondatrice Chiara Lubich, et de Maria Voce, l’actuelle présidente des Focolari, à un kaléidoscope de témoignages, aux nombreux moments de partage et de rencontre, aux célébrations eucharistiques quotidiennes et à un moment d’adoration, chacun des participants a pu « aller à l’essentiel » (expression de l’un d’entre eux) et s’enraciner davantage en Dieu à travers Jésus Eucharistie.


    « Je t’aime, a écrit Chiara en sortant d’une messe en 1960, non parce qu’on m’a appris à te parler ainsi, non parce que le cœur me suggère cette parole, non parce que la foi me fait croire que tu es l’amour, ni même parce que je sais que tu es mort pour moi. Je t’aime, parce que tu es entré dans ma vie plus que l’air dans mes poumons, plus que le sang dans mes veines. […] Je t’aime, parce des années durant tu as vécu avec moi, et moi j’ai vécu de toi. […] Donne-moi, pour le temps qui me reste, de te remercier au moins un peu pour cet amour que tu as versé en moi, et qui m’oblige à te dire : je t’aime ».


    L’histoire de Chiara, une « histoire entre elle et Jésus Eucharistie », est devenue en un certain sens l’histoire de chaque participant. Un don qui a provoqué une nouvelle prise de conscience : dans l’Eucharistie, c’est Jésus qui vient en nous et nous transforme. Afin que nos gestes, nos paroles et nos pensées soient expression de ce rapport d’unité profonde.


    Le mouvement des Focolari est répandu dans les cinq continents, et donc aussi dans des pays en guerre ou confrontées à une pauvreté et précarité endémiques. Partager le vécu des personnes de Syrie et Jordanie, du Congo, du Mexique, de l’Ukraine (par des vidéos) ont été des moments forts de fraternité.


    Les nombreux témoignages de personnes vivant en Belgique ont donné des clés pour être porteur de l’’Evangile, qu’on soit malade ou bien portant, d’origine belge ou africaine, confronté à la perte du conjoint ou cherchant son orientation dans le monde professionnel.


    Avant de partir beaucoup ont exprimé leur gratitude à Dieu qui s’est fait davantage connaître, dans un climat d’amour réciproque intense qui a permis de « recharger les batteries spirituelles ». Partir pour "sortir", "bien préparés", comme l’Assemblée générale des Focolari l’a souligné en septembre 2014.

    Images

Tags populaires